Identifiez-vous !
Adhérer à Renaloo Faire un don à Renaloo

Powered by Easytagcloud v2.1
Les dernières actualités

La greffe, ça marche aussi pour les personnes obèses...

Mis à jour le dimanche, 28 juillet 2013 08:41 - Écrit par Yvanie le dimanche, 28 juillet 2013 02:12

La transplantation rénale apporte aussi un bénéfice aux patients obèses.

Les personnes dialysées en excès de poids ont un accès difficile à la liste d'attente de greffe. C'est une réalité en France comme aux Etats Unis, qui s'explique notamment par les craintes des médecins quant aux difficultés chirurgicales et aux risques de complications plus importants.

Une étude publiée dans l'American Journal of transplantation montre au contraire que la plupart de ces patients pourraient améliorer leur espérance de vie en étant transplantés, par rapport à la dialyse. 

Plusieurs travaux ont déjà montré que les patients obèses avaient un moindre risque de décès prématuré en dialyse que ceux ayant un poids normal. De même, les risques spécifiques de la greffe pour ces malades sont bien connus. Pour autant, la greffe leur apporte un bénéfice de survie important.

Le Dr John Gill et ses collègues de l'Université de Colombie Britannique à Vancouver se sont appuyés sur toutes les greffes rénales réalisées aux USA entre 1995 et 2007, soit un total de plus de 200 000 patients. Ils ont comparé le risque de décès prématuré des patients transplantés en fonction de leur indice de masse corporelle (IMC, qui permet d'évaluer la corpulance d'une personne. Calculez votre IMC ici) à celui de patients d'IMC comparables, sur liste d'attente de greffe. L'obésité est définie par un IMC > 30 kg/m2.

Ils ont ainsi montré que :

  • Les patients obèses avec un IMC compris entre 30 et 39 kg/m2 avaient un bénéfice de survie lié à la greffe identique à celui des patients non obèses, avec un risque de décès réduit de 66% durant la première année par rapport à leur homologues dialysés sur liste d'attente.
  • Les patients obèses avec un IMC de 40 ou plus tirent aussi un bénéfice de la greffe, même s'il est un peu inférieur (le risque de décès n'est plus de réduit que de 48% la première année). L'avantage de survie devient incertain pour les patients noirs dont le BMI est supérieur à 40.
  • Ces différence de pronostic en comparaison aux patients non obèses sont moins marquées en cas de greffe à partir d'un donneur vivant. 
  • Enfin, le risque de décès précoce après la greffe reste plus important chez les patients obèses.

"Notre étude montre que les les patient obèses ont un avantage de survie lorsqu'ils sont transplantés, donc l'obésité ne devrait plus être une contrindication à la greffe rénale," indique le Dr Gill. "Nous pensons aussi qu'améliorer les soins post-opératoires pour ces patients pourrait diminuer le sur-risque de décès précoce. De même, le recours à la greffe de donneur vivant constitue une stratégie très utile pour limiter les risques de la transplantation pour ces malades."

Source : Gill et al. “The Survival Benefit of Kidney Transplantation in Obese Patients.” American Journal of Transplantation; Published Online: July 25, 2013 (DOI: 10.1111/ajt.12331).
 

Pour poster un commentaire veuillez vous identifier.