Identifiez-vous !
Adhérer à Renaloo Faire un don à Renaloo

Powered by Easytagcloud v2.1

L'insuffisance rénale chronique

Mis à jour le lundi, 21 janvier 2013 09:52 - Écrit par Yvanie le vendredi, 26 juin 2009 09:41

La transplantation rénale

Seule une transplantation rénale réussie permet à ceux qui peuvent en bénéficier de retrouver une vie presque normale. C’est le traitement de l’insuffisance rénale terminale qui permet la meilleure qualité de vie et la meilleure espérance de vie.

La greffe nécessite néanmoins un suivi médical régulier ainsi qu’un traitement dit "immunosuppresseur", qui doit être pris de manière très rigoureuse pour éviter le rejet du greffon.

Attention cependant : une greffe a une durée de vie en général limitée (à l’heure actuelle, 50% des greffes de donneur vivant fonctionnent toujours au bout de 20 ans, contre 13 ans pour les greffes de donneurs décédés).

Lorsque la greffe ne marche plus, une nouvelle transplantation peut en général être envisagée. Si elle ne peut pas être réalisée "à temps", une période de dialyse peut être nécessaire, en attendant ce nouveau greffon.

Certains patients en sont ainsi à leur quatrième, voire à leur cinquième transplantation rénale.

Les contrindications à la greffe de rein sont désormais rares. L’âge n’en est pas une, c’est l’état général de la personne qui est pris en compte. Certains patients sont aujourd’hui transplantés avec succès à 80 ans.

Il existe deux types de greffes rénales :

A. La greffe à partir d’un donneur vivant

Le meilleur traitement de l’insuffisance rénale terminale est la greffe rénale à partir d’un donneur vivant. Ce type de greffes présente en effet des avantages très importants : ce sont les greffes qui fonctionnent le mieux et le plus longtemps… Le tout sans altérer la santé du donneur. On vit en effet tout à fait normalement avec un seul rein.

A l’heure actuelle, environ 10% des greffes de rein en France proviennent d’un donneur vivant. Ce chiffre est en augmentation et la législation a récemment évolué (loi de bioéthique du 7 juillet 2011). Jusque là réservé à la famille élargie, le don peut désormais provenir d’un proche ayant un lien affectif étroit et stable depuis au moins deux ans avec la personne malade, qu’il existe ou non un lien de parenté.
S’il est nécessaire d’être en très bonne santé, il n’existe pas de limite d’âge a priori pour pouvoir donner un rein.

> en savoir plus sur la greffe à partir d'un donneur vivant...

B. La greffe à partir d’un donneur décédé

Pour les patients pour lesquels une greffe de donneur vivant n’est pas envisageable, le recours à un greffon provenant d’un donneur décédé est nécessaire. La pénurie d’organes en France est importante et l’attente dure souvent plusieurs années…

Dans les situations où la greffe est contrindiquée ou dans l’attente d’une transplantation, le recours à la dialyse devient nécessaire.