Identifiez-vous !
Adhérer à Renaloo Faire un don à Renaloo

Powered by Easytagcloud v2.1

L'insuffisance rénale chronique

Mis à jour le lundi, 21 janvier 2013 09:52 - Écrit par Yvanie le vendredi, 26 juin 2009 09:41

La dialyse

La dialyse permet de débarrasser le sang des toxines et de l'eau en excès grâce soit à une machine de dialyse ce qui nécessite un accès vasculaire, on parle alors d’hémodialyse, soit à l’utilisation des capacités de filtration du péritoine (membrane qui enveloppe l'intérieur de la cavité abdominale et le tube digestif), on parle alors de dialyse péritonéale.

Il existe deux types de dialyse :

A. La dialyse « autonome », où le patient réalise lui-même les gestes nécessaires à son traitement.

La dialyse autonome nécessite que le patient soit formé à la technique afin de réaliser seul les gestes nécessaires et d’être capable de gérer lui-même son traitement. Lorsque la présence d’un proche est nécessaire, celui-ci doit bénéficier de la même formation.

  • L’hémodialyse à domicile

Il est possible de réaliser soi même, chez soi, ses séances d’hémodialyse.
La présence d’un proche est nécessaire, pour apporter une aide en cas de problème durant la séance notamment.
A domicile, la fréquence et la durée du traitement peuvent être adaptées aux besoins de la personne ainsi qu’à son style de vie : trois fois quatre heures par semaine au minimum, trois nuits entières par semaine, ou encore deux heures chaque jour, six jours par semaine…

  • L’autodialyse

L’autodialyse constitue en théorie une alternative à l’hémodialyse à domicile pour les personnes qui n’ont pas la place pour installer chez elles une machine de dialyse et stocker les consommables. Il s’agit d’un lieu de dialyse de proximité, avec la présence d’une infirmière pour 6 à 8 patients en fonction de leur degré d’autonomie.
En pratique, les contraintes sont souvent plus importantes : pas de liberté des horaires, peu de souplesse quant à la durée et à la fréquence du traitement.

  • La dialyse péritonéale

Cette méthode consiste à ajouter puis soustraire après quelques heures de stagnation, un liquide de dialyse dans l'abdomen du malade, trois à quatre fois par jour, par l'intermédiaire d'un cathéter que l'on a placé par voie chirurgicale. Ces échanges peuvent aussi être effectués par une machine, toutes les nuits, aucun échange n’étant alors nécessaire pendant la journée.
La dialyse péritonéale est en général réalisée à domicile par le patient lui-même ou avec l’aide d’un membre de sa famille, parfois avec l’aide d’une infirmière formée à la technique.

B. L’hémodialyse "non autonome" (en centre ou en Unité de Dialyse Médicalisée)

Cette modalité de dialyse est normalement destinée à des patients ayant des problèmes de santé importants et nécessitant une surveillance rapprochée, ou encore à ceux qui, pour différentes raisons, ne sont pas en mesure d’être autonomes ou ne souhaitent pas l'être.

Les patients dialysés en centre ou en UDM doivent se rendre trois fois par semaine dans un service d'hémodialyse, en milieu hospitalier, pour des séances d’une durée de 4 à 6 heures. L’ensemble des gestes techniques est alors pris en charge par le personnel soignant.