Identifiez-vous !
Adhérer à Renaloo Faire un don à Renaloo
Le DMP (dossier médical partagé)

Le DMP vu par les patients

Mis à jour le lundi, 18 février 2019 04:54 - Écrit par Renaloo le samedi, 16 février 2019 04:24

Le DMP est un outil imaginé pour être au service des patients et des professionnels de santé. Mais concrètement, qu’en pensent les premiers intéressés ? 

 

Le DMP, qu’en disent les Français ? 

Selon une étude menée par Viavoice pour France Assos Santé en octobre 2018, 70 % des Français estiment spontanément qu’un outil de centralisation de leur dossier médical en ligne serait utile. Après présentation du DMP, le score monte à 85 % : le carnet de santé numérique leur semble donc être un dispositif séduisant ! 

Plus concrètement, 57 % sont incités à utiliser le DMP pour permettre l’accès à leurs informations médicales dans le cadre d’une situation d’urgence et 54 % pour faciliter la coordination entre leurs professionnels de santé. Le carnet de santé numérique leur semble donc utile à la fois au quotidien et dans les cas extrêmes.

 

Qu’en pensent les patients ? 

Les personnes atteintes d’une ou plusieurs maladies chroniques quant à elles voient également l’intérêt d’un dossier médical numérique. Dans le cadre d’une réunion consacrée au DMP et menée par Renaloo et la Fédération Française des Diabétiques, elles ont ainsi estimé que le DMP leur éviterait de devoir répéter son parcours de santé à chaque nouveau spécialiste ou les actes médicaux en doublon

Il permet en outre une meilleure prise en charge puisque le praticien dispose d’emblée d’une vue d’ensemble et que la communication entre les différents spécialistes consultés est facilitée. 

Elles ont néanmoins fait part de leurs craintes quant à la mission du DMP et sa sécurité. Le fait de savoir si le DMP est un outil destiné à faciliter le travail des médecins ou de l’Assurance Maladie, ou bien un instrument permettant à chaque personne de devenir actrice de son parcours de soins est notamment une interrogation importante. 

De plus, malgré le progrès que représente le DMP du point de vue de la digitalisation, les personnes atteintes par une maladie chronique s’interrogent sur le creusement d’inégalités liées à la fracture numérique. 

Enfin, la question de la protection des données et de leur confidentialité est clé : comment être sûrs que les informations contenues dans le DMP sont protégées ?

Finalement, les différentes personnes ayant participé à la réunion ont été rassurées par les explications apportées : le DMP peut être créé même sans ordinateur dans un organisme d’assurance maladie ou dans une pharmacie, et c’est aux professionnels de santé de le remplir ; les accès sont contrôlés par chaque usager de santé et l’accès au DMP par une banque ou une assurance est illégal et sanctionné pénalement.