Identifiez-vous !
Adhérer à Renaloo Faire un don à Renaloo

Vos droits en tant que patients...

Mis à jour le mercredi, 30 mai 2012 08:12 - Écrit par Yvanie le mercredi, 24 juin 2009 01:32

Avoir moins mal, ne plus avoir mal, c'est possible, et c'est un droit.

" toute personne a le droit de recevoir des soins visant à soulager sa douleur. Celle-ci doit être en toute circonstance prévenue, évaluée, prise en compte et traitée " - article L. 1110-5 du code de la santé publique

  • La prise en charge de la douleur bénéficie aujourd'hui d'un cadre juridique et de mesures législatives qui font de son traitement une priorité.
  • Vous avez un rôle majeur dans la prise en charge de votre douleur : en l'exprimant, en aidant au diagnostic et en participant à son évaluation.
  • Il existe aujourd'hui de nombreux médicaments antalgiques qui sont très actifs. Parmi eux, la morphine occupe une place de choix. Contrairement à une idée reçue, elle n'entraîne aucune accoutumance. Elle peut également être auto-administrée par le malade lorsqu'il en ressent le besoin, par l'intermédiaire d'une pompe auto-contrôlée. Son usage est possible dans le cadre de l'insuffisance rénale et les néphrologues connaissent les posologies adaptées.
  • De nombreux traitements spécifiques, compatibles avec l'insuffisance rénale, sont aujourd'hui à votre disposition. Les douleurs provoquées par le traitement ou les soins doivent être soulagées, même quand elles sont considérées comme "mineures".

C'est par exemple le cas pour les douleurs occasionnées par les ponctions lors des séances de dialyse. Il existe des patchs anesthésiants (EMLA), disponibles en pharmacie, qui peuvent être appliqués une heure environ avant chaque séance au niveau des futurs points de ponction. Ce traitement est remboursé à 100% par l'assurance maladie et vous pouvez en demander la prescription à votre néphrologue.

Les textes réglementaires :

  • Le code de déontologie médicale :

    "En toutes circonstances, le médecin doit s'efforcer de soulager les souffrances de son malade, l'assister moralement…" (art.37).
  • La Charte du patient hospitalisé :

    "Tout établissement doit se doter des moyens de prendre en charge la douleur des patients et intégrer ces moyens dans son projet d'établissement, comme le précise la loi".
    Selon les articles 31 et 32 de la loi du 4 février 1995 (JO du 5 février), la prise en charge de la douleur doit dorénavant être une priorité.
  • Le plan douleur de décembre 1998.

    Le précédent Secrétaire d'Etat à la Santé, Bernard Kouchner a fait du traitement de la douleur une priorité.
  • Le Plan quadriennal de lutte contre la douleur 2002-2005.

    Un nouveau programme d'actions a été mis en place, élargissant les objectifs du 1er plan de 1998.

Voir le contrat d'engagement du programme national de lutte contre la douleur (2002-2005) du Ministère de la Santé