Identifiez-vous !
Adhérer à Renaloo Faire un don à Renaloo

S'assurer pour emprunter

Mis à jour le mercredi, 30 mai 2012 07:52 - Écrit par Yvanie le jeudi, 17 septembre 2009 05:42

Les alternatives possibles

Avant de courir le risque d’une fausse déclaration, vérifiez que vous n’avez pas épuisé les possibilités d’accéder à l’emprunt.

Vérifiez que vous n’avez pas épuisé les autres possibilités de couvrir votre prêt (hypothèque, caution par un tiers) qui ne reposent pas sur un questionnaire de santé.

L’hypothèque

L’hypothèque consiste à couvrir un emprunt par un bien que vous possédez ou par le bien que vous allez acheter grâce au prêt (hypothèque de 1er rang).

Il s’agit d’une solution risquée. En effet, l’hypothèque vous expose ou expose votre entourage à une expulsion si vous n’êtes plus à même d’assurer le remboursement du prêt.

Il est aussi possible de faire couvrir son prêt par des placements (SICAV, assurance-vie par exemple), si vous en possédez.

Cautionnement par un tiers

Vous pouvez demander à un proche de cautionner l’emprunt, qu’il lui faudra alors cosigner avec une mention spéciale. Là encore, cette solution n’est pas sans danger pour ce proche puisqu’en cas de sinistre qui vous empêcherait de rembourser vous faites porter sur lui, ou sur sa propre assurance, le poids de vos dettes.

Solutions alternatives

Pour des prêts de faible montant, des organismes comme la BRED, la Caisse d’épargne ou la CNP ont mis au point des dispositifs qui peuvent correspondre aux besoins de personnes présentant un risque aggravé. N’hésitez pas à aller chercher des informations générales auprès de ces établissements, tout en restant prudent et en ne révélant pas votre propre état de santé.

Il est possible d’obtenir, dans des conditions très précises, des prêt à taux réduit auprès des CAF.

De même, certaines municipalités ou certaines communautés d’agglomérations, peuvent inciter à la construction immobilière ou à l’achat dans leur région, en proposant des prêts à taux réduit. Dans certains cas, ces prêts peuvent se faire sans questionnaire médical, ou sans surprime excessive en cas de risques aggravés.

Le ministère du logement propose aussi un emprunt à taux zéro sous certaines conditions de ressources.

Ces "alternatives" à l'assurance emprunteur ne sont en rien idéales, elles ne peuvent pas se substituer à un véritable règlement de l’accès à l’assurance des personnes atteintes de pathologie grave. Mais en attendant, elles peuvent vous permettre de faire diminuer le montant du prêt qu’une banque peut vous accorder, et à rentrer par exemple dans les critères de la convention AERAS.