Identifiez-vous !
Adhérer à Renaloo Faire un don à Renaloo
Vos témoignages

Evelyne : l'histoire d'une double greffe rein - pancréas

Mis à jour le mercredi, 01 septembre 2010 06:04 - Écrit par Yvanie le mercredi, 01 septembre 2010 03:17

Evelyne : l'histoire d'une double greffe rein - pancréas
Je suis un valeureux petit poussin aux yeux de mon mari…

Tout à commencé à la puberté en 1988. Le diabète de type 1 a fait son apparition avec son vilain bout de nez.
14 ans, on se croit fort et invulnérable... J’allais vite déchanter et surtout grandir très très vite…

Après un coma hyperglycémique qui m’a quand même mise hors circuit pendant 3 semaines, mon parcours de jeune ado diabétique n’a pas été sans montagnes russes !!!

Pendant quelques temps, j’ai été suivie par un très bon diabétologue et une sympathique diéteticienne mais malheureusement l’ambiance à la maison n’a rien changé à l’état d’esprit qui était le mien à l’époque. Je ne comprenais pas pourquoi il fallait que ce soit moi qui fasse attention à ce que je mangeais , à mes injections quotidiennes, etc.
Avoir un pourquoi sur les lèvres et ne pas recevoir de réponses concrètes m’a miné énormément le moral...

Pendant 18 longues années, j’ai honte de le dire à présent car je sais que j’aurais pu éviter tous ces problèmes, j’ai eu toutes les pathologies possibles et imaginables qu’un diabète mal réglé peut donner, des simples infections à la rétinopathie, à la gastroparésie, à la neuropathie, à l’anémie devenue chronique, j’en passe et des meilleures.

Le jour le plus mémorable (après la greffe bien sûr) fut celui où on nous annonça à mon mari et à moi (un 31 décembre 2005) que j’avais besoin dès à présent d’un rein et d’un pancréas.
Le sol s’est dérobé sous nos pieds...

Début janvier 2006, les batteries de tests ont commencé. Tout était bon, malgré mon état de santé précaire !! Donc j’étais prête, il me fallait encore juste un peu de patience .
On m’avait prévu une date pour plaçer la fistule, car la prochaine étape était la dialyse. Nouveau choc, même si on s’y attend...

Et une semaine plus tard, le 3 octobre 2006, à 17h20, une très gentille infirmière coordinatrice me sonne et m’annonce qu’elle a un rein et un pancréas pour moi et me demande si je suis d’accord pour venir à l’hôpital dans l’heure pour pouvoir contrôler la compatibilité.

Arrivés à l’hôpital, une attente d’une heure est nécessaire pour être sûr que le donneur est bien compatible avec moi. Et oh miracle, il l’est.
Toute les larmes y sont passées , de peur, de tristesse pour le donneur, pour mon gentil mari, enfin c’était les chutes quoi !!!
A minuit, je fus opérée par une équipe formidable (je remercie toute l’équipe du CHU de Liège).

Je me suis réveillée le matin en soins intensifs. Tout s’était bien passé, j’avais très bien réagi sur tout, mais malheureusement j’ai dû être opérée à nouveau quelques mois après car j’avais développé une poche lymphatique et un début de rejet de greffe.

Je me suis remise de cette double opération , jusqu’en 2008 où rebelotte , je suis réopérée au même endroit pour un gros problème d’uretère trop court et à nouveau pour un début de rejet.
Deux ans on passé depuis et plus aucune opérations n’a du être effectuée.
Ouf… enfin un peu de paix… car mon pauvre corps en a vu de toutes les couleurs !!!!

D’un bon 54 kg, je suis déscendue à un poids que les médecins trouvent trop bas mais j’ai beau manger ce que je veux je ne prends pas un gramme…

La prochaine étape , c’est pouvoir enfin faire un petit schtroumpf, et nous essayons depuis 2 ans mais comme dans tout ce que nous avons vécu il nous faut de la patience… C’est pas facile mais on y travaille.

Par le biais de mon (notre) histoire, je souhaite dire à tous ceux/celles qui attendent de garder espoir, j’ai failli perdre à un cheveu près ce qui a de plus beau sur terre… LA VIE, de garder cette petite étincelle (même si c’est dur quand on a envie de vomir ou de s’endormir pour ne plus se réveiller et que l’on a plus aucune envie de se battre).
Ne jamais laisser tomber, ne jamais laisser ce sentiment que la vie s’arrête ici prendre le dessus !

De tout coeur je vous envoie à toutes et à tous un peu de ma force.

Evelyne

Ps: mon mari m’appelle son poussin car avant la greffe ma peau avait certains jours une teinte jaune…

 

Pour poster un commentaire veuillez vous identifier.