Actualités

Greffe de rein : des durées d’attente très différentes selon les hôpitaux

Suite de notre série sur le rapport de l'Agence de la biomédecine 2016.

Les durées d'attente de greffe sont un sujet majeur pour les patients. Les régles de répartitions des greffons sont régulièrement modifiées, mais malgré tout les inégalités persistent, voire s'amplifient.

Inégalités en fonction de l'équipe de greffe

La médiane d’attente nationale (durée au bout de laquelle la moitié des patients inscrits entre 2011 et 2016 sont greffés) augmente régulièrement, elle était en 2016 de 31,3 mois, soit un peu plus de deux ans et demi.
 
Mais elle est surtout très différente selon l'équipe de greffe où on est inscrit-e.
Les médianes d'attente dans les 33 CHU pratiquant la greffe rénales sont présentées dans les deux graphiques ci-après, par ordre alphabétique :
 
 
 
Les durées d'attente varie selon les hôpitaux entre moins de 18 mois et plus de quatre ans. 
 
– 5 équipes ont des durées d'attente inférieures à 1 an et demi : Caen, Rennes, Marseille, Poitiers, Brest
– 4 équipes ont des durées d'attente supérieures à 4 ans : Créteil, Saint Louis, Foch, Tenon (pour Foch et Tenon, les durées d'attente excèdent même 5 ans).
 
Ces écarts sont très importants et leurs conséquences pour les patient-e-s sont majeures.
 
Attention, si la durée d'attente entre l'inscription et la greffe est un indicateur majeur pour les patients, il est nécessaire de prendre aussi en compte la durée nécessaire avant l'inscription (en particulier le temps écoulé entre le début de la dialyse et l'inscription), qui est, là aussi, très variable selon les régions. 
 
On rappelle aussi que le libre choix de l'établissement de santé est un principe fondamental des droits des patient-e-s. Ainsi, rien n'empêche de s'adresser à un CHU dont la durée d'attente est courte, y compris s'il ne s'agit pas du centre de greffe le plus proche du domicile. La seule limite à l'exercice concerne les difficultés potentielles de prise en charge par la sécu des frais de transport. 
 

Conclusion

Au total, l'analyse des délais d'accès à la greffe en fonction de différents critères (groupe sanguin, âge du receveur, équipe de greffe) montre qu'en 2016, le système d'allocation des greffons rénaux reste très inégalitaire pour les patient-e-s.
 
A ce jour, et malgré leurs demandes répétées depuis des années, les associations de patient-e-s sont toujours exclues de ses évolutions, qui restent un des domaines réservés des équipes de greffe et de l'Agence de la biomédecine.
 
Partagez

Plus de lecture

1 Commentaire

  • Bonjour,

    Merci, pour toutes vos informations. vos documents et textes me sont d’une grande utilités.
    Je suis à la Réunion et nous sommes à la une des médias depuis un certain temps.
    A ce titre avez-vous les chiffres de la greffe au CHU de St-Denis.
    J’ai lu avec attention votre courrier, je m’inquiète de la décision de la Ministre qui va sauter à pied joint pour diminuer la prise en charge des dialyses, déjà cette année bon nombre de patients ont des difficultés de se rendent à leurs consultations liées à la dialyse (Cardio fistule, visite pré-greffe etc) car la CGSS à fait une telle campagne auprès des néphrologues,que nous ne pouvons plus obtenir de bon de transport à l’exception des dialysés amputés ou sur fauteuil.
    je crois qu’au final c’est le patient qui est malheureusement la dernière roue de la charrette qui va en pâtir.

    Cordialement

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les valeurs
de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >

Les valeurs de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >
Renaloo a vu le jour en 2002 et aujourd’hui, l’association compte plus de 6 000 membres et mobilise des publics larges, avec une présence forte sur les réseaux sociaux, la capacité de contacter par voie électronique plusieurs dizaines de milliers de patients, professionnels, institutionnels, journalistes, etc. La démarche de Renaloo est en permanence animée par la conviction que les patients peuvent et doivent devenir des acteurs de leurs parcours et ainsi reprendre le contrôle de leur destin, au plan individuel, mais aussi collectif.

Yvanie Caillé,
Fondatrice de Renaloo

Soutenez-nous

Votre générosité, garante de notre indépendance financière, est essentielle pour la poursuite de nos missions et l'efficacité de nos actions, dans l’intérêt des personnes malades et de leurs proches.

S’inscrire / Adhérer à Renaloo

Devenir membre de Renaloo, c'est nous aider à mieux porter la parole des patients auprès des instances de la santé.
Plus nous serons nombreux, plus nous serons représentatifs, plus nos voix seront entendues, mieux nous pourrons agir.
Devenir membre de Renaloo, c'est aussi être informé(e) de l’actualité de l’association, de ses actions, avoir la possibilité de participer au forum, de réagir aux articles publiés sur le site, d’entrer en contact avec les autres rénaliens, etc.