Actualités

DMP, 4 questions au Docteur Alexandre Decourt

Alexandre Decourt est membre du Club des Jeunes Néphrologues et exerce en libéral. Il est utilisateur du DMP, en tant que patient comme en tant que médecin. Pourtant, il fait partie des exceptions : nombreux sont encore les professionnels de santé qui ignorent l’outil… 

 

Quelle est votre utilisation du DMP ? 

Actuellement, je verse au DMP le compte-rendu provisoire de la consultation. Un autre projet, c’est d’inclure également le courrier de consultation à destination du médecin traitant. 

Pour l’instant, je demande les autorisations d’accès à l’oral, mais nous prévoyons d’instaurer une autorisation écrite via la fiche de pré-consultation.

 

Comment s’explique le fait que les médecins n’utilisent que peu le DMP ? 

C’est une question de temps : de temps disponible et de temps pour prendre l’habitude. 

Les médecins ont énormément de choses à gérer. En libéral, par exemple, ils s’occupent compatibilité, de la gestion des secrétaires, ne reçoivent pas d’aide pour les protocoles… Et c’est sans compter ceux qui ne sont pas friands d’informatique. 

Aujourd’hui, nous en sommes simplement aux balbutiements du DMP, il va falloir attendre qu’il devienne un outil indispensable pour les pousser à passer le cap. 

 

Un logiciel DMP-compatible, ça permettrait d’augmenter leur utilisation ?

Un logiciel DMP-compatible, en principe c’est un logiciel qui permet de verser au DMP le compte-rendu de la consultation par exemple, sans avoir à effectuer de double saisie. Mais pour l’instant, il est difficile de savoir si cela implique que les documents se rangent seuls dans le bon emplacement, si c’est au médecin de prévoir un temps pour les importer puis les classer… Cela va dépendre des interfaces et des logiciels.  

Pour l’instant, tous les logiciels ne sont pas DMP-compatibles. Dans mon cabinet nous sommes attentifs à nos prestataires et c’est un critère. C’est d’autant plus important que nous utilisons des logiciels différents : un pour la dialyse, un autre pour l’hospitalisation les urgences… Or, les systèmes d’information sont tous différents. En parallèle, il y a d’autres travaux pour accroître l’interopérabilité et formater les informations médicales (les structurer selon une méthodologie particulière). Avec le DMP, ces solutions permettraient d’avoir davantage de niveaux d’informations. 

Quoi qu’il en soit, le DMP permet déjà d’unifier ces informations dans un même dossier médical. 

 

Que doit-faire un patient si son médecin n’utilise pas le DMP ? 

Un DMP vide ne sert à rien : plus il y aura d’informations dessus, plus les médecins l’utiliseront. Les patients peuvent donc le remplir pour l’instant et inciter leurs professionnels de santé à le consulter.

Il faut toutefois apporter une nuance : dans le DMP on ne trouvera que ce que l’on met, si les informations sont mauvaises, fausses et incomplètes, cela sera un problème. Idéalement, le médecin traitant devrait faire la synthèse entre toutes les spécialités médicales et toutes les informations. Mais ils ne peuvent pas dégager ce temps-là : c’est donc au patient d’organiser au mieux son DMP. 

C’est dans l’intérêt du patient de remplir son DMP car celui-ci permet de mémoriser l’ensemble du parcours médical et donc une meilleure conservation de l’information et par conséquent, un meilleur suivi.

Partagez

Plus de lecture

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les valeurs
de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >

Les valeurs de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >
Renaloo a vu le jour en 2002 sous la forme d'un blog. Aujourd’hui, l’association compte plus de 6 400 membres et mobilise des publics larges, avec une présence forte sur les réseaux sociaux, la capacité de contacter par voie électronique plusieurs dizaines de milliers de patients, professionnels, institutionnels, journalistes, etc. La démarche de Renaloo est en permanence animée par la conviction que les patients peuvent et doivent devenir des acteurs de leurs parcours et ainsi reprendre le contrôle de leur destin, au plan individuel, mais aussi collectif.

Yvanie Caillé,
Fondatrice de Renaloo

Soutenez-nous

Votre générosité, garante de notre indépendance financière, est essentielle pour la poursuite de nos missions et l'efficacité de nos actions, dans l’intérêt des personnes malades et de leurs proches.

S’inscrire / Adhérer à Renaloo

Devenir membre de Renaloo, c'est nous aider à mieux porter la parole des patients auprès des instances de santé.
Plus nous serons nombreux, plus nous serons représentatifs, plus nos voix seront entendues, mieux nous pourrons agir.
Devenir membre de Renaloo, c'est aussi être informé de l’actualité de l’association, de ses actions, avoir la possibilité de participer au forum, de réagir aux articles publiés sur le site, d’entrer en contact avec les autres rénaliens, etc.