Agenda

Les modalités actuelles de vaccination contre le Covid19 pourraient ne pas être suffisantes pour protéger les personnes greffées

✅ L’arrivée des vaccins contre le Covid19 et leur très grande efficacité, montrée par les essais cliniques, ont constitué un grand espoir pour les personnes insuffisantes rénales, particulièrement à risque de forme grave et contraints depuis le début de l’épidémie à des mesures de protection drastiques.

Cependant, on sait que la plupart des vaccins contre d’autres maladies ont une efficacité diminuée chez les patients greffés, dialysés, voire en insuffisance rénale sévère.
La question était donc posée du niveau de protection que pourrait leur apporter les vaccins anti-Covid. Les essais cliniques n’ont pas permis d’y répondre, ces populations en étant exclues.

✅ Si nous n’avons pour le moment pas d’information sur l’efficacité des vaccins pour les patients dialysés (mise à jour du 3 avril 2021 : des informations sur les dialysés sont maintenant disponibles) ou insuffisants rénaux, les craintes qu’elle soit diminuée pour les personnes transplantées semblent se confirmer.

➡️ Une étude américaine de la Johns Hopkins University montre ainsi que parmi 436 patients greffés de différents organes, dont aucun n’avait préalablement eu le Covid19, seulement 17% présentaient des anticorps neutralisants contre le covid19 20 jours en moyenne après avoir reçu la première dose de vaccin Pfizer ou Moderna.

Les patients dont le traitement antirejet comportait des anti-métabolites (cellcept, myfortic, mycophénolate mofétil, imurel, azathioprine…) avaient plus de risque de ne pas développer ces anticorps. Ces médicaments concernent près de 9 greffés rénaux sur 10 en France.

Selon des données préliminaires présentée par un auteur de cette étude le 30 mars 2021, 45% des patients transplantés présenteraient des anticorps, à des niveaux divers, trois semaines après la deuxième dose.

➡️ Une autre étude strasbourgeoise s’intéresse à 242 transplantés rénaux. 28 jours après la première dose du vaccin Moderna, seulement 10,8% d’entre eux ont des anticorps. Une meilleure réponse au vaccin semble obtenue chez les patients greffés depuis plus longtemps, qui reçoivent un traitement antirejet plus léger et qui ont une meilleure fonction rénale.

➡️ Selon des informations préliminaires, 45% environ de ces patients présentaient des anticorps quelques semaines après cette deuxième injection.

Cela semble confirmer que la 2ème injection améliore bien la réponse vaccinale, mais qu’elle reste très inférieure à ce qui est observé chez les personnes non immunodéprimées. Cependant on ignore quels sont les seuils de protection c’est à dire quel taux d’anticorps permet de garantir qu’on est protégé.

➡️ L’immunité liée aux anticorps neutralisants (dite humorale) n’est pas la seule à intervenir dans la protection contre le virus. L’immunité cellulaire (liée notamment aux lymphocytes T) joue aussi un rôle important. A ce jour on manque encore d’informations la concernant. Les examens qui permettent de la mesurer sont plus complexes que les tests sérologiques et disponibles uniquement dans des laboratoires spécialisés en immunologie.

➡️ Ce défaut de réponse au vaccin concerne probablement d’autres personnes immunodéprimées, par des traitements ou des maladies.

➡️ Mise à jour du 12 avril 2021 : Une étude française montre de très faibles réponses humorales et cellulaires après deux doses du vaccin Pfizer chez les patients greffés rénaux traités par belatacept.

➡️ Le preprint d’une étude montre qu’un traitement par cortisone, y compris à faibles doses, diminue fortement la réponse aux vaccins à ARNm chez des patients atteints de maladies inflammatoires.

✅ Ce que ces résultats impliquent pour les patients greffés

Même si beaucoup de questions restent pour le moment sans réponse, ces premiers éléments incitent à une grande prudence.
Ainsi, les patients greffés et vaccinés ne peuvent pas pour le moment considérer qu’ils sont protégés…

➡️ Il est essentiel de continuer à respecter toutes les mesures de protection et de ne surtout pas « baisser la garde » face au virus, dont les nouveaux variants sont plus contagieux et plus graves.

C’est évidemment une déception, mais pas totalement une surprise, et surtout tous les espoirs restent permis.
L’expérience des autres vaccins est rassurante. Des solutions ont toujours été trouvées pour qu’ils apportent une protection suffisante : faire un ou des rappels supplémentaires, sélectionner le ou les vaccins qui « marchent le mieux », utiliser des vaccins différents, augmenter les doses, recourir à des adjuvants pour « booster » la réponse, etc.

✅ Ces efforts pour améliorer l’efficacité vaccinale sont selon nous une priorité et une urgence.

➡️ Renaloo a alerté les sociétés savantes et le Ministre de la Santé dans ce sens.
Nous avons notamment plaidé pour qu’une démarche collective destinée à identifier les stratégies de renforcement vaccinal les plus efficaces et accompagner les patients durant cette période soit rapidement mise en œuvre.

➡️ Nous avons également demandé que les proches des patients immunodéprimés et à très haut risque puissent accéder dès à présent à la vaccination, afin d’être en mesure de les protéger.

> Voir les échanges entre Renaloo, les sociétés savantes et le Ministre de la Santé

Partagez

Plus de lecture

4 Commentaires

  • Merci à vous pour vos démarches et à tout le travail que vous effectuez au quotidien.
    Quand pensez-vous obtenir des réponses à vos courriers?
    Cordialement.

  • @ MIMOUN94 Difficile à dire, mais le dossier avance, nous nous y employons. On vous tient informés dès que possible !

  • Bonjour
    Merci pour toutes ces informations très précieuses
    étant donné que la protection par le vaccin pour les patients immunodépromés est loin d’être optimale, est-ce qu’il y intérêt à se faire vacciner et pas plutôt l’entourage proche? savez-vous si il y a un risque de dégradation de la fonction rénale à court ou moyen terme avec les vaccins contre la covid 19?
    Merci

  • Bonjour à tous,

    Vaccin plus protection restent les maitres mots.
    Espérons qu’avec la deuxième dose la couverture vaccinale augmente réellement.
    Merci aux équipes de tous ses renseignements précieux.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les valeurs
de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >

Les valeurs de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >
Renaloo a vu le jour en 2002 sous la forme d'un blog. Aujourd’hui, l’association compte plus de 6 400 membres et mobilise des publics larges, avec une présence forte sur les réseaux sociaux, la capacité de contacter par voie électronique plusieurs dizaines de milliers de patients, professionnels, institutionnels, journalistes, etc. La démarche de Renaloo est en permanence animée par la conviction que les patients peuvent et doivent devenir des acteurs de leurs parcours et ainsi reprendre le contrôle de leur destin, au plan individuel, mais aussi collectif.

Yvanie Caillé,
Fondatrice de Renaloo

Soutenez-nous

Votre générosité, garante de notre indépendance financière, est essentielle pour la poursuite de nos missions et l'efficacité de nos actions, dans l’intérêt des personnes malades et de leurs proches.

S’inscrire / Adhérer à Renaloo

Devenir membre de Renaloo, c'est nous aider à mieux porter la parole des patients auprès des instances de santé.
Plus nous serons nombreux, plus nous serons représentatifs, plus nos voix seront entendues, mieux nous pourrons agir.
Devenir membre de Renaloo, c'est aussi être informé de l’actualité de l’association, de ses actions, avoir la possibilité de participer au forum, de réagir aux articles publiés sur le site, d’entrer en contact avec les autres rénaliens, etc.