Agenda

Greffes : inquiétant déclin en France, alors que d’autres pays, comme l’Espagne ou le Royaume-Uni, montrent la voie à suivre

✅ A l’occasion de la journée mondiale de la greffe et alors qu’un plan greffe 4 est attendu pour la période 2022 – 2027, Renaloo appelle à un engagement de rupture en faveur du développement de la greffe. L’enjeu : améliorer considérablement la qualité et l’espérance de vie de milliers de personnes tout en réalisant en 5 ans près de 200 millions d’€ d’économies pour la solidarité nationale.

Faire au moins aussi bien que l’Espagne pour la greffe de donneurs décédés et que le Royaume-Uni pour la greffe de donneurs vivants

✅ Depuis près de 30 ans, l’Espagne est le leader mondial du don d’organes avec 48,9 donneurs décédés par million d’habitants (pmh) prélevés en 2019, contre 27,9 en France. La Catalogne est quant à elle la meilleure région d’Espagne, championne toutes catégories, avec 109,9 donneurs prélevés pmh, soit quatre fois plus qu’en France.

➡️ Conséquences pour les malades : les durées d’attente sont de quelques mois à peine en Espagne, tandis qu’en France elles se comptent en années et augmentent, comme les décès faute de greffe. Un phénomène encore amplifié par la crise sanitaire dont les effets ont été dévastateurs[1].

➡️ Le Royaume-Uni lui, est parvenu à développer fortement la greffe rénale de donneur vivant, qui représente désormais environ 30% des greffes rénales réalisées (14% en France, en diminution).

✅ Face à ces constats, Renaloo a réalisé un travail d’enquête approfondi, s’appuyant sur des experts (Dr Esmeralda Luciolli, ex Agence de la biomédecine / Cour des comptes et Roland Cash, économiste de la santé, HCAAM), pour comprendre finement les succès espagnol et britannique. Sur la base de données inédites de l’Assurance Maladie, des évaluations et des simulations économiques originales ont été établies.

➡️ Ces travaux mettent à bas un certain nombre d’idées reçues, et montrent ce qu’il faudrait faire, ce que cela coûterait mais aussi ce que cela représenterait en vies sauvées et en économies de santé.

En effet, le coût de la dialyse, traitement lourd qui permet la survie des patients en attente de greffe rénale, est très largement supérieur à celui d’une greffe.

Le développement de la greffe, meilleur traitement pour les malades dont les reins ne fonctionnent plus, est une des rares stratégies de santé totalement coût-efficace.

Des milliers de vies sauvées et transformées, 199 millions d’euros d’économies pour la solidarité nationale

✅ Les travaux menés par Renaloo montrent par exemple que le scénario “Catalogne” (109,9 donneurs prélevés pmh) appliqué en France conduirait à atteindre 3.200 greffes rénales en 2022 (versus 3.600 en 2019, 2.600 en 2020), 4.000 en 2023, 5.000 en 2024 et 6.200 en 2025. Sur une période de cinq années, les économies réalisées s’élèveraient à 199 millions d’€.
Un système vertueux, puisque ces réductions des dépenses ne cesseraient de s’accumuler au fil des années et des greffes supplémentaires réalisées.

✅ Même un scénario moins ambitieux, avec un objectif de 4.000 greffes rénales en 2025, représenterait déjà une économie pour la solidarité nationale de 80 millions d’€ sur la même période.

➡️ Atteindre ces objectifs nécessitera des moyens financiers, organisationnels, humains, et en particulier le renforcement des équipes de prélèvements et de greffes, pour développer de façon complémentaire la greffe de donneurs décédés et de donneurs vivants. Mais cet investissement nécessaire sera très rapidement et très largement rentabilisé.

✅ Notre objectif avec ces travaux est d’obtenir un engagement politique fort, visant à ce que la France se mette rapidement au niveau des meilleures pratiques européennes. C’est une nécessité et une urgence, compte-tenu du déclin de l’activité ces dernières années, des conséquences dramatiques de la crise et de la détresse actuelle des malades en attente.

Greffe rénale : des pistes d’actions pour faire mieux pour les patients et pour le système de santé

De nos travaux de modélisations économiques et d’analyse de l’organisation de la greffe rénale en Espagne et au Royaume-Uni ressortent 10 grands principes d’actions, permettant à la France de bien mieux soigner les patients tout réalisant d’importantes économies de santé.

  1. Une médicalisation accrue des coordinations de prélèvement
  2. Le renforcement des équipes de greffe : IDE de coordination, néphrologues mais aussi urologues et anesthésistes
  3. L’amélioration et l’élargissement de la formation initiale et continue des médecins
  4. La revalorisation des infirmières de coordination de prélèvement et de greffe
  5. La facilitation des prélèvements M3, notamment dans le cadre de l’arrêt des thérapeutiques actives (ATA).
  6. L’association accrue des urgentistes, neurochirurgiens, professionnels des soins palliatifs, etc.
  7. L’élargissement des formations au prélèvement aux personnels médicaux et paramédicaux des urgences, des services de réanimation, de neurochirurgie, etc.
  8. La priorisation effective des activités de prélèvement et de greffe à l’hôpital (disponibilité des blocs, aux ressources…)
  9. Le développement de la greffe de donneur vivant et des dons croisés
  10. La réorganisation de la communication et de la promotion du don via des approches ciblées en fonction des publics

✅ La greffe, aujourd’hui, en France :

  • Pour la première fois depuis une vingtaine d’années, l’activité de greffe est en déclin depuis 2017, indépendamment de la crise sanitaire
  • Le dernier plan greffe (2016 – 2021) est un échec. Il fixait un objectif de 4.950 greffes rénales en 2021, qui ne sera évidemment pas atteint (il y en a eu environ 3.600 en 2019 et 2.600 en 2020)
  • La crise sanitaire a porté un coup terrible : un millier de greffes rénales en moins en 2020, et une activité 2021 elle aussi dégradée
  • L’impact du Covid est dramatique pour la greffe de façon générale : le nombre d’années de vie perdues pour cette raison est d’ores-et-déjà estimé à plus de 48.000 selon l’étude du Lancet publiée en septembre dernier.

[1] Diminution sur l’année de -31% du nombre de greffes rénales

➡️ Nos travaux ont notamment fait l’objet d’un dossier dans Le Figaro du 18 octobre 2021.

Partagez

Plus de lecture

Partagez

Accueil Forums Greffes : inquiétant déclin en France, alors que d’autres pays, comme l’Espagne ou le Royaume-Uni, montrent la voie à suivre

Partagez
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
Partagez
Partagez