Actualités

L’insuffisance rénale, dans l’angle mort de l’épidémie : Mediapart revient sur le lourd tribut payé par les personnes dialysées et greffées

La journaliste Caroline Coq-Chodorge aborde dans Médiapart un sujet trop souvent laissé dans l'ombre : celui des "autres malades", ceux du cancer, du diabète ou de l'insuffisance rénale, pour lesquels une deuxième vague est en train de se former, non pas en raison du virus, mais de ses conséquences sur leurs soins.

Elle évoque ainsi le sort des patients dialysés, laissés sans masques au début de l'épidémie. Le Dr Rostoker, néphrologue en région parisienne, avait été à l'origine de l'alerte de Renaloo sur le défaut de masques en dialyse courant mars. Il témoigne des conséquences de cette absence de protection, qui a conduit à la contamination de 37 de ses patients et à 11 décès. Lui aussi a été durement frappé : infecté par le COVID19, atteint d'une forme grave, il a passé une semaine en réanimation, dont il mettra des mois à se remettre. 

Désormais, l'épidémie a atteint un pallier et les contaminations en dialyse sont heureusement devenues bien plus rares. Mais les patients dialysés continuent d'être soumis à l’interdiction des repas pendant la séance de dialyse. "Les patients se retrouvent à jeun pendant 7 à 8 heures, alors que la dialyse fatigue et donne faim. Les gens en souffrent beaucoup, perdent du poids, certains font des malaises". Renaloo a saisi sur le sujet la Haute Autorité de santé et le Comité consultatif national d’éthique.

Les personnes en dialyse ont été trois fois plus contaminées que les patients transplantés, en raison de l'impossibilité de confinement. Le Pr Alexandre Hertig, néphrologue de la Pitié-Salpêtrière, se demande ainsi "si, en arrêtant les greffes, on n’a pas surexposé des malades en dialyse". Entre avril et mai, en France, 110 donneurs décédés ont été prélevés de différents organes, mais leurs reins ont été laissés en place. Environ 220 greffes rénales ont été perdues. De façon rassurante, la reprise des greffes est désormais autorisée et quelques unes ont déjà eu lieu.

> Voir l'article sur le site de Médiapart (abonnement)

> Voir l'article en entier

 

Plus que jamais, dans ces moments difficiles, Renaloo est mobilisé à vos côtés, pour vous soutenir et vous accompagner.

 Retrouvez toute l'actualité de l’épidémie pour les patients ayant une maladie rénale, dialysés ou greffés et leurs proches

 Venez échanger, partager, trouver des conseils et du soutien sur notre forum et sur notre groupe Facebook

 Pour recevoir toutes nos infos et newsletters par mail, incrivez-vous !

 Vous souhaitez soutenir Renaloo ? Faites un don.

Courage et prenez soin de vous et de ceux que vous aimez.

Partagez

Plus de lecture

2 Commentaires

  • Bonjour à toutes et à tous
    Je remercie ce site, greffé depuis 22 mois…( 3ème et dernier essaie apres 2 échecs le 1er en 1994), imaginez sans peine que je connais un peu le problème. Je cumule les soucis avec un poste de PDG d’une petite société et donc…le business…le trésorerie….bref pas de commentaire. Je vous ai lu attentivement durant le confinement, c’était important pour moi, je vous adresse donc ce jour un don de soutien. Bien cordialement
    Sylvain LAMBERT – Lyon

  • Bonjour à Tous,

    Bravo à Médiapart et Caroline COQ-CHODORGE d’avoir soulever cette difficulté et de parler de l’invisibilité des dialysés pris en charge en centre et des difficultés subies durant les traitements (conditions de soins, dégradation psychologiques des patients, perte de poids, déséquilibre nutritionnel pour les patients dialysés et diabétique de type 1) enfin le coût de la dialyse ne diminue pas mais la qualité des soins elle diminue, pour les centres privés, plus de repas ou collation (une collation étant une madeleine et une comporte de pomme voir un café au lait) mais cela d’après certaines direction coûte très cher aux yeux des actionnaires… Courage à tous. Cordialement

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les valeurs
de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >

Les valeurs de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >
Renaloo a vu le jour en 2002 et aujourd’hui, l’association compte plus de 6 000 membres et mobilise des publics larges, avec une présence forte sur les réseaux sociaux, la capacité de contacter par voie électronique plusieurs dizaines de milliers de patients, professionnels, institutionnels, journalistes, etc. La démarche de Renaloo est en permanence animée par la conviction que les patients peuvent et doivent devenir des acteurs de leurs parcours et ainsi reprendre le contrôle de leur destin, au plan individuel, mais aussi collectif.

Yvanie Caillé,
Fondatrice de Renaloo

Soutenez-nous

Votre générosité, garante de notre indépendance financière, est essentielle pour la poursuite de nos missions et l'efficacité de nos actions, dans l’intérêt des personnes malades et de leurs proches.

S’inscrire / Adhérer à Renaloo

Devenir membre de Renaloo, c'est nous aider à mieux porter la parole des patients auprès des instances de la santé.
Plus nous serons nombreux, plus nous serons représentatifs, plus nos voix seront entendues, mieux nous pourrons agir.
Devenir membre de Renaloo, c'est aussi être informé(e) de l’actualité de l’association, de ses actions, avoir la possibilité de participer au forum, de réagir aux articles publiés sur le site, d’entrer en contact avec les autres rénaliens, etc.