Lorsque les reins ne fonctionnent plus : choisir son parcours de vie…

La greffe et la dialyse ne sont pas des traitements équivalents : ce qu’il faut savoir pour choisir

Lorsque les reins ne fonctionnent plus : choisir son parcours de vie…

Les maladies rénales ont de nombreuses causes. Leur conséquence principale est l’insuffisance rénale, c’est à dire la moins bonne épuration par les reins des déchets venant de l’alimentation ou produits par l’organisme et la moins bonne élimination de l’eau dans les urines.  Certains traitements permettent désormais de ralentir et même parfois de bloquer la progression de certaines maladies rénales.

Mais lorsque les reins continuent de se dégrader, le stade de suppléance de l’insuffisance rénale est atteint après quelques années : le fonctionnement rénal est alors réduit à moins de 15 % de la normale, et les déchets s’accumulent dangereusement dans l’organisme. La vie est alors menacée et il devient nécessaire de remplacer la fonction des reins, devenue insuffisante.

Deux traitements, dits « de suppléance », existent : la greffe de rein et la dialyse.

Ces deux options ne sont pas équivalentes, mais elles sont complémentaires : souvent, les personnes jeunes dont les reins cessent de fonctionner connaitront au cours de leur parcours une ou plusieurs greffes, en alternance avec une ou plusieurs périodes de dialyse, tout au long de leur vie.

De plus, il existe plusieurs modalités de greffes (à partir d’un donneur vivant ou décédé) et plusieurs modalités de dialyse (dialyse péritonéale ou hémodialyse, à domicile ou en établissement), ainsi que des enjeux spécifiques relatifs à chaque technique.

Le plus souvent, ce ne sont pas les mêmes médecins, ni les mêmes équipes, qui s’occupent de la greffe et de la dialyse.

Chaque personne malade doit avoir la possibilité de choisir son traitement et son parcours à venir, avec l’aide et le soutien des professionnels de santé, non seulement en fonction de critères médicaux, mais aussi de ses besoins, ses valeurs, de ses préférences et de ses désirs. Elle pourra ainsi devenir un acteur de sa maladie et de son parcours de vie.

Pour pouvoir faire ces choix de manière éclairée, il est nécessaire d’être informé de toutes les options possibles, de leurs avantages et inconvénients et des conséquences prévisibles sur la santé et sur la vie. Aucun scénario ne peut être totalement défini à l’avance bien sûr, mais être bien informé permet de comprendre, d’anticiper, d’être armé pour affronter le mieux possible les conséquences de la maladie et des traitements.

Les valeurs
de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >

Les valeurs de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >
Renaloo a vu le jour en 2002 sous la forme d'un blog. Aujourd’hui, l’association compte plus de 6 400 membres et mobilise des publics larges, avec une présence forte sur les réseaux sociaux, la capacité de contacter par voie électronique plusieurs dizaines de milliers de patients, professionnels, institutionnels, journalistes, etc. La démarche de Renaloo est en permanence animée par la conviction que les patients peuvent et doivent devenir des acteurs de leurs parcours et ainsi reprendre le contrôle de leur destin, au plan individuel, mais aussi collectif.

Yvanie Caillé,
Fondatrice de Renaloo

Soutenez-nous

Votre générosité, garante de notre indépendance financière, est essentielle pour la poursuite de nos missions et l'efficacité de nos actions, dans l’intérêt des personnes malades et de leurs proches.

S’inscrire / Adhérer à Renaloo

Devenir membre de Renaloo, c'est nous aider à mieux porter la parole des patients auprès des instances de santé.
Plus nous serons nombreux, plus nous serons représentatifs, plus nos voix seront entendues, mieux nous pourrons agir.
Devenir membre de Renaloo, c'est aussi être informé de l’actualité de l’association, de ses actions, avoir la possibilité de participer au forum, de réagir aux articles publiés sur le site, d’entrer en contact avec les autres rénaliens, etc.