Actualités

Que sont devenues les personnes greffées du rein en France en 2013 ? Les réponses des données de l’assurance maladie

Les données de remboursement des soins de l’assurance maladie (SNIIRAM) comportent beaucoup d’informations, notamment sur les parcours des patients.

Une étude publiée en mai 2018 dans la revue Nephrology Dialysis Transplantation, réalisée à partir de ces données, s’est intéressée au devenir sur deux ans des 1876 patients relevant du régime général de la sécu et ayant reçu une première greffe de rein durant l’année 2013.

Leur âge moyen était de 52 ans et 64% d’entre eux étaient des hommes.
Leur séjour à l’hôpital pour la greffe a eu une durée moyenne de 17 jours, sensiblement plus longue que ce qui est observé dans d'autres pays.

73% des patients ont dû être réhospitalisés durant la première année après la greffe et 55% la deuxième année.

3 mois après la transplantation, 6,9% des greffons avaient cessé de fonctionner. Un an après, le taux d’échec de greffe était de 9,4%.

L’analyse donne des informations intéressantes sur le suivi de ces patients greffés :

– Presque 80% d’entre eux ont consulté leur médecin généraliste durant l’année qui a suivi la greffe. Ce taux élevé est rassurant. On considère en effet que le lien entre les patients transplantés et leurs généralistes est souvent mis à mal. 

– En revanche, le recours à certains spécialistes paraît faible :
Seulement 42% ont consulté un dermatologue durant les deux années suivant la greffe. 
Seulement 34% des femmes greffées en 2013 ont consulté un gynécologue durant les deux années suivant la greffe.

Les suivis dermatogique (dépistage des cancers de la peau) et gynécologique (pour les femmes) sont recommandés annuellement pour les patients greffés du rein. Cette recommandation semble peu respectée.

> Voir aussi : Quels médicaments prennent les patients greffés en France ? Les réponses de l'assurance maladie

Source : Two-year management after renal transplantation in 2013 in France: Input from the French national health system database.
Philippe Tuppin Antoine Bessou Camille Legeai Cécile Vigneau Cécile Couchoud
Nephrology Dialysis Transplantation, Volume 33, Issue suppl_1, 1 May 2018, Pages i296,https://doi.org/10.1093/ndt/gfy104.FP743

 

Partagez

Plus de lecture

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les valeurs
de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >

Les valeurs de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >
Renaloo a vu le jour en 2002 et aujourd’hui, l’association compte plus de 6 000 membres et mobilise des publics larges, avec une présence forte sur les réseaux sociaux, la capacité de contacter par voie électronique plusieurs dizaines de milliers de patients, professionnels, institutionnels, journalistes, etc. La démarche de Renaloo est en permanence animée par la conviction que les patients peuvent et doivent devenir des acteurs de leurs parcours et ainsi reprendre le contrôle de leur destin, au plan individuel, mais aussi collectif.

Yvanie Caillé,
Fondatrice de Renaloo

Soutenez-nous

Votre générosité, garante de notre indépendance financière, est essentielle pour la poursuite de nos missions et l'efficacité de nos actions, dans l’intérêt des personnes malades et de leurs proches.

S’inscrire / Adhérer à Renaloo

Devenir membre de Renaloo, c'est nous aider à mieux porter la parole des patients auprès des instances de la santé.
Plus nous serons nombreux, plus nous serons représentatifs, plus nos voix seront entendues, mieux nous pourrons agir.
Devenir membre de Renaloo, c'est aussi être informé(e) de l’actualité de l’association, de ses actions, avoir la possibilité de participer au forum, de réagir aux articles publiés sur le site, d’entrer en contact avec les autres rénaliens, etc.