Agenda

Renaloo demande la mise en œuvre d’un plan d’action d’urgence pour sauver les patients dialysés en Nouvelle Calédonie

Renaloo adresse ce 21 mai 2024 un courrier au Président de la République, au Premier ministre, au gouvernement de la Nouvelle Calédonie et au haut commissaire de la République.

La grave crise qui secoue la Nouvelle-Calédonie, conduisant le gouvernement français à déclarer l’état d’urgence, entraine la privation de soins de nombreuses personnes atteintes de pathologies aigües ou chroniques.

Parmi elles, les 700 personnes dialysées se trouvent dans une situation particulièrement dramatique. Leur survie est suspendue à la réalisation de ce traitement, à raison de trois séances d’au moins quatre heures par semaine pour l’hémodialyse. Tout retard, toute interruption, toute diminution de la durée du traitement les met en grave danger immédiat. La dialyse permet de débarrasser l’organisme des déchets, de l’excès de liquide et des électrolytes, parmi lesquels le potassium, qui s’accumulent dans le sang des patients lorsque les reins ne fonctionnent plus. En l’absence de dialyse, un empoisonnement rapide survient. Le décès se produit habituellement en un faible nombre de jours, cinq à sept en moyenne, parfois moins.

Or, la situation actuelle rend l’accès à la dialyse particulièrement difficile en Nouvelle-Calédonie : les structures de dialyse sont inaccessibles, saccagées, les livraisons sont rendues impossibles, y compris pour les patients dialysés à domicile. Les patients qui ne peuvent pas accéder à leur dialyse sont encouragés à contacter le SAMU pour être pris en charge en urgence. Mais les urgences sont elles aussi fortement perturbées, leur accès est complexe et souvent tardif, avec le risque que la dialyse ainsi délivrée soit de qualité dégradée, avec notamment des durées de traitements réduites, faisant courir des risques majeurs de complications. Les patients dialysés en Nouvelle Calédonie sont plus jeunes que ceux de la Métropole, les deux tiers d’entre eux sont en outre diabétique, ce qui augmente leur risque de décès lié à un excès de potassium dans le sang. De fait, il semble que des décès soient déjà survenus.

Pour ces raisons, nous appelons les autorités à tout mettre en œuvre pour protéger les patients dialysés en garantissant la continuité, la sécurité et la qualité de leurs soins.

Les personnels de l’ATIR, du CHT Gaston-Bourret et de l’U2NC ont déjà alerté sur leur sentiment d’impuissance.

Les patients dialysés, qui font partie des plus fragiles de nos concitoyens, sont aussi les premières victimes de la situation. Nous ne pouvons pas accepter que rien ne soit fait pour les préserver, et pour les sauver d’une mort atroce et certaine en cas d’inaction.

Nous appelons les pouvoirs publics à tout mettre en œuvre, en lien avec les professionnels de santé et les associations de patients, pour que la santé et la vie des personnes dialysées soient protégées. Nous demandons d’expertiser au plus vite toutes les solutions envisageables et d’organiser une réponse sanitaire à la hauteur des enjeux vitaux en cause, y compris le regroupement des tous les patients dialysés sur un site unique, approvisionné prioritairement, permettant de garantir leur accès à la dialyse, voire leur évacuation sanitaire vers des pays capables de les accueillir transitoirement.

Dans l’attente d’un plan d’action d’urgence, nous réaffirmons notre plein et entier soutien aux personnels de santé et aux patients de Nouvelle-Calédonie et de Wallis-et-Futuna.

📨 Télécharger le courrier

Partagez

Plus de lecture

Partagez

Accueil Forums Renaloo demande la mise en œuvre d’un plan d’action d’urgence pour sauver les patients dialysés en Nouvelle Calédonie

Partagez
Partagez
Partagez
2 réponses de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Réponses
  • #57035
    TivollierJean-Michel
    Participant
    • Petit rein débutant
    • ★☆☆☆
    • 1Message(s)

    En tant que néphrologue sur le terrain, je tiens à apporter quelques précisions à vos informations. Tous les patients dialysés en Nouvelle-Calédonie sont gérés par une liste unique, hôpital et association privée. Les urgences sont assurées, et les lignes logistiques sont organisées de manière efficace pour le matériel et les patients. Deux visioconférences quotidiennes permettent d’adapter les actions des équipes en fonction des problématiques rencontrées.

    Nous avons le sentiment d’avoir passé la période critique. De la gestion de crise, nous passons maintenant à une reprise progressive des séances de dialyse à leur durée et fréquence habituelles. Merci à la population et aux ambulanciers pour leur initiative et leur courage, ainsi qu’à nos équipes pour leur mobilisation et leur efficacité. Le soin des patients reste notre priorité, et nous avançons tous dans la même direction.

    Merci à Renaloo de se préoccuper du sort de nos patients. Soyez assurés que nous sommes pleinement engagés sur le terrain.

    Dr JM Tivollier

    #57052
    ludo
    Participant
    • Néphropathe confirmé
    • ★★★★
    • 178Message(s)

    Bonsoir, pour avoir vu un reportage au 20h de france2 ce samedi, la situation a l air plus catastrophique que l on ne pense. Centres de dialyse saccagés, le nephro qui témoigne parle de 2 séances de 2h par semaine, avec du personnel médical obligé de dormir sur place pour assurer les soins et pour leur propre sécurité tout en craignant pour leurs familles.
    Je crois que l on est au delà de la stupidité dans cette histoire. Les indépendantistes ne se rendent même pas compte qu ils menacent la vie de leurs propre familles aussi.

2 réponses de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
Partagez
Partagez