Actualités

travailler avec la dialyse ou la greffe, un défi ? les résultats d’une grande enquête…

Pour la première fois en France, deux enquêtes, l’une quantitative et l’autre qualitative, auxquelles un total de 1566 patients âgés de 25 à 65 ans ont participé, se sont intéressées à l’impact de la dialyse et de la greffe sur l'activité professionnelle et le niveau de ressources des patients.

Leurs résultats sont sans appel et montrent un impact important de la maladie rénale sur l’insertion sociale et professionnelle, très différent selon le traitement, greffe ou dialyse.

Exercer un emploi et toucher un salaire permettent aujourd’hui de gagner sa vie, à tous les sens du mot : subvenir à ses besoins bien sûr, mais aussi apporter sa propre contribution à l’activité nationale, participer à la vie sociale, être reconnu par les autres comme une personne à part entière. Le travail est plus que le travail. Il engendre du lien social. En être privé diminue d’autant la valeur et la qualité de la vie.

C’est pourtant la situation que connait l’immense majorité des personnes traitées par dialyse. Si plus de 80% de la population générale âgée de 25 à 65 ans est dans l’emploi, lorsque les reins ne fonctionnent plus, les taux d’activité s’écroulent :

  • Seuls 17,4 % des patients dialysés qui n’ont pas – ou pas encore – eu accès à la greffe ont un travail ;
  • 51% des patients qui ont été greffés après une période de dialyse ont un travail ;
  • 58% des rares patients qui ont pu être greffés sans passer par la dialyse (la greffe préemptive ne concerne que 3% des patients chaque année) ont un travail.

On constate aussi avec netteté qu’au fil des mois et des années en dialyse, les chances de rester dans l’emploi diminuent.

La greffe fait mieux que la dialyse

Une chose est sûre : la greffe est associée de très loin à une meilleure insertion sociale et professionnelle et à des revenus plus élevés que la dialyse. Et la greffe préemptive encore plus.

Les patients greffés se caractérisent par des taux d’activité bien supérieurs à ceux des patients dialysés, quels que soient leur diplôme et leur catégorie socio-professionnelle. 

Malades et pauvres

Qu’elles soient dialysées ou greffées, les personnes malades perçoivent des revenus inférieurs à ceux de la population générale.

66 % des patients dialysés et 44 % des greffés perçoivent moins de 1 100 euros par mois.

Rappelons que sur la période de l’enquête, le salaire médian en France s’élevait à environ 1 600 euros par mois et le seuil de pauvreté, fixé à 60% du niveau de vie médian de la population, était de 987 euros mensuel. 14% de la population générale se situait au-dessous de ce seuil.

Les maladies rénales et les difficultés de maintien dans l’emploi associées sont donc des facteurs majeurs d’appauvrissement.

Inégalités sociales

Que les personnes soient dialysées ou greffées, leurs taux d’activité s’élèvent avec leur statut social et leur niveau de diplôme.

Les taux d’activité des patients transplantés exerçant une profession de cadre supérieur et/ou diplômés de l’enseignement supérieur talonnent ceux de leurs homologues de la population générale.

Ce n’est pas le cas des moins diplômés, les employés, ouvriers et indépendants qui, dialysés ou transplantés, sont beaucoup plus nombreux à être exclus du marché du travail.

La maladie rénale se traduit pour eux par une double peine.
Et cela d’autant plus que les enquêtes confirment l’un des principaux résultats de celle des Etats Généraux du Rein. Les inégalités sociales n’épargnent pas le champ de la néphrologie. L’accès à la greffe, le meilleur traitement de l’insuffisance rénale terminale, augmente nettement à mesure que s’élève le niveau d’instruction.

Une personne peu diplômée et exerçant un emploi physiquement éprouvant restera plus souvent et plus longtemps en dialyse et paiera aux maladies rénales son tribut le plus fort : l’exclusion du marché du travail et le plus fort appauvrissement.

> Télécharger le communiqué de presse

> Télécharger le dossier de presse

> Télécharger le rapport de l'enquête qualitative « Activité professionnelle et ressources des personnes traitées par dialyse ou transplantation rénale en France » 

Partagez

Plus de lecture

4 Commentaires

  • Ma vie est figée depuis 2014 si seulement les employeurs peuvent comprendre qu’un handicap ne peut t’enlever tes responsabilités envers ta famille

  • Je bosse depuis octobre ai j’ai eu une série de remarques et amalgames sur mon travail ma motivation au regard de mails informatifs sur ma santé envoyés à ma rh par rapport au covid. Je suis écoeurée. Je suis vue comme plus ” motivee pour envoyer des mails sur ma santé et mes cp que dans mon travail”.. c’est odieux.

  • A quand une enquête sur les discriminations au travail pour les personnes handicapées ?

  • J’ai subi un licenciement abusif fin 2010 2 ans après ma greffe , j’ai pu rebondir quelques années de plus , faisant quelques boulots un peu physique , j’ai maintenant une discopathie , le poste de la société ou j’ai été licencié m’était complètement adapté , si je n’aurais pas été licencié dans cette société j’aurais pus continuer à travaillé encore quelques années de plus , maintenant j’ai 56 ans c’est encore plus difficile pour moi , donc j’ai été mis en invalidité .

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les valeurs
de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >

Les valeurs de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >
Renaloo a vu le jour en 2002 et aujourd’hui, l’association compte plus de 6 000 membres et mobilise des publics larges, avec une présence forte sur les réseaux sociaux, la capacité de contacter par voie électronique plusieurs dizaines de milliers de patients, professionnels, institutionnels, journalistes, etc. La démarche de Renaloo est en permanence animée par la conviction que les patients peuvent et doivent devenir des acteurs de leurs parcours et ainsi reprendre le contrôle de leur destin, au plan individuel, mais aussi collectif.

Yvanie Caillé,
Fondatrice de Renaloo

Soutenez-nous

Votre générosité, garante de notre indépendance financière, est essentielle pour la poursuite de nos missions et l'efficacité de nos actions, dans l’intérêt des personnes malades et de leurs proches.

S’inscrire / Adhérer à Renaloo

Devenir membre de Renaloo, c'est nous aider à mieux porter la parole des patients auprès des instances de la santé.
Plus nous serons nombreux, plus nous serons représentatifs, plus nos voix seront entendues, mieux nous pourrons agir.
Devenir membre de Renaloo, c'est aussi être informé(e) de l’actualité de l’association, de ses actions, avoir la possibilité de participer au forum, de réagir aux articles publiés sur le site, d’entrer en contact avec les autres rénaliens, etc.