Actualités

travailler avec la dialyse ou la greffe, un défi ? les résultats d’une grande enquête…

"La fermeture de mon unité de dialyse de nuit m'a contraint à arrêter de travailler…"

Atteint d’une maladie rénale depuis l’âge de 7 ans, j’ai dû débuter l’hémodialyse à 17 ans, en 1984. Par chance, j’ai pu dès le départ faire de la dialyse de nuit, avec des séances de 7 heures, de 22h à 5h du matin, trois fois par semaine. Même si c’était difficile, j’ai pu poursuivre ma scolarité.

Un an plus tard, j’étais greffé. Malgré un démarrage compliqué, cette greffe m’a permis de mener une vie normale pendant 12 ans. J’ai obtenu mon BEP d’électrotechnique, puis j’ai été embauché en tant qu’ambulancier.

Malheureusement en 1996, mon rein a cessé de fonctionner à cause d’un rejet chronique. J’ai dû recommencer la dialyse, toujours en hémodialyse longue nocturne. A la même période, la société qui m’employait a cessé son activité pour raisons économiques. J’ai été licencié et j’ai fait différentes formations.

Puis j’ai décidé de me mettre à mon compte en tant qu’artisan taxi. J’ai pu exercer ce métier sans difficulté pendant 15 ans, jusqu’à ce que le centre hospitalier de Vannes décide de fermer la dialyse de nuit. Nous étions sept patients, dont la plupart travaillaient, à avoir recours à cette modalité. Ca faisait plusieurs années qu’on entendait parler de ce projet de fermeture, pour des motifs économiques. Il y avait déjà eu des alertes, les médecins étaient intervenus, l’échéance avait pu être repoussée…

Mais en juin 2014, je n’ai pas eu d’autre choix que de passer en dialyse « conventionnelle », avec des séances de 4 heures, trois fois par semaine. J’ai immédiatement ressenti la différence en termes d’état de santé et de fatigue. Rapidement, plusieurs complications sont intervenues. L’épuration qu’on obtient en quatre heures est bien inférieure à celle que me procuraient les sept heures de nuit… Médicalement, il était clair que ce n’était pas suffisant pour moi.

A partir de décembre 2014, je suis passé en hémodialyse quotidienne, à raison de 2 heures tous les matins, à l’hôpital, de 9h à 11h, six jours par semaine. Ca a eu un effet bénéfique sur mon état, mais je n’ai pas retrouvé la vitalité que j’avais en dialysant la nuit… Le traitement occupe donc maintenant toutes mes matinées.

J’ai dû renoncer à mon activité, je vais devoir revendre ma licence de taxi. Après un arrêt maladie de quelques mois, je suis en train de basculer vers un régime d’invalidité, dont j’ignore encore comment il sera indemnisé. Je m’attends à ce que mes revenus soient au moins divisés par deux…

Je vis très mal cette situation. Mon souhait est de continuer à travailler, mais dans l’immédiat c’est très compliqué. En plus du temps que me prend la dialyse, je me sens aussi moins en forme, plus vulnérable. Pas évident de convaincre un employeur de vous recruter avec ce risque de défaillance…

Il n’y a aucune autre possibilité de dialyse de nuit à moins de 150 km de mon domicile. Une nouvelle greffe n’est pas possible pour moi, je sais que je devrai être dialysé tout le reste de ma vie.

La seule option serait de faire mes séances à domicile, ce qui me permettrait d’adapter totalement la durée et les horaires à mes besoins… On me l’a proposé, mais pour le moment j’y suis opposé, ainsi que mon épouse. Nous avons des enfants. La maladie prend déjà et depuis très longtemps une place très importante dans nos vies, nous n’avons pas du tout envie de la ramener à la maison… 

Partagez

Plus de lecture

4 Commentaires

  • Ma vie est figée depuis 2014 si seulement les employeurs peuvent comprendre qu’un handicap ne peut t’enlever tes responsabilités envers ta famille

  • Je bosse depuis octobre ai j’ai eu une série de remarques et amalgames sur mon travail ma motivation au regard de mails informatifs sur ma santé envoyés à ma rh par rapport au covid. Je suis écoeurée. Je suis vue comme plus ” motivee pour envoyer des mails sur ma santé et mes cp que dans mon travail”.. c’est odieux.

  • A quand une enquête sur les discriminations au travail pour les personnes handicapées ?

  • J’ai subi un licenciement abusif fin 2010 2 ans après ma greffe , j’ai pu rebondir quelques années de plus , faisant quelques boulots un peu physique , j’ai maintenant une discopathie , le poste de la société ou j’ai été licencié m’était complètement adapté , si je n’aurais pas été licencié dans cette société j’aurais pus continuer à travaillé encore quelques années de plus , maintenant j’ai 56 ans c’est encore plus difficile pour moi , donc j’ai été mis en invalidité .

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les valeurs
de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >

Les valeurs de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >
Renaloo a vu le jour en 2002 sous la forme d'un blog. Aujourd’hui, l’association compte plus de 6 400 membres et mobilise des publics larges, avec une présence forte sur les réseaux sociaux, la capacité de contacter par voie électronique plusieurs dizaines de milliers de patients, professionnels, institutionnels, journalistes, etc. La démarche de Renaloo est en permanence animée par la conviction que les patients peuvent et doivent devenir des acteurs de leurs parcours et ainsi reprendre le contrôle de leur destin, au plan individuel, mais aussi collectif.

Yvanie Caillé,
Fondatrice de Renaloo

Soutenez-nous

Votre générosité, garante de notre indépendance financière, est essentielle pour la poursuite de nos missions et l'efficacité de nos actions, dans l’intérêt des personnes malades et de leurs proches.

S’inscrire / Adhérer à Renaloo

Devenir membre de Renaloo, c'est nous aider à mieux porter la parole des patients auprès des instances de santé.
Plus nous serons nombreux, plus nous serons représentatifs, plus nos voix seront entendues, mieux nous pourrons agir.
Devenir membre de Renaloo, c'est aussi être informé de l’actualité de l’association, de ses actions, avoir la possibilité de participer au forum, de réagir aux articles publiés sur le site, d’entrer en contact avec les autres rénaliens, etc.