Actualités

travailler avec la dialyse ou la greffe, un défi ? les résultats d’une grande enquête…

« Mes employeurs m’ont permis d’aborder ma transplantation sereinement d’un point de vue professionnel »

Vous avez été greffée en 2012, quel a été votre parcours ?

A l’âge de 7 ans, j’ai eu un purpura rhumatoïde qui a nécessité plus de 2 mois d’hospitalisation. La conséquence a été une atteinte rénale modérée. J’ai donc été surveillée mais à 18 ans, la dégradation de mes reins a été subite. Cela a duré une dizaine d’années. Lorsque les reins ont été dans un état critique, on a commencé les tests et ma mère était compatible.

J’ai donc reçu un de ses reins en janvier 2012, sans passer par la dialyse. Le début de la transplantation a été un peu compliqué avec une hausse de créatinine et 5 biopsies en 6 mois. J’aurais également eu un petit rejet un an et demi après la transplantation et ai du changer plusieurs fois de traitement antirejet, mais dans l’ensemble tout se passe bien et j’imagine que ce sont les aléas de beaucoup de greffés. Je suis également devenue maman d’une petite fille il y a 4 mois.

Côté professionnel, comment avez-vous vécu votre insuffisance rénale ?

Je suis comptable dans un cabinet depuis 10 ans, j’ai fait mon apprentissage dans cette entreprise et y suis restée depuis. Ma santé n’a pas eu d’impact sur mes études ni sur mon parcours professionnel jusqu’au moment de la transplantation, je n’en ai donc jamais parlé à mes employeurs avant.
Lorsque j’ai su que j’allais être transplantée, 3 mois avant la greffe, je leur ai simplement mentionné que mes reins s’étaient dégradés, sans leur expliquer tout mon parcours.

Ils se sont montrés compréhensifs : ils ont tout fait pour que cela se passe bien pour moi, pour m’éviter un stress vis-à-vis de mon emploi, ce qui est important pour se remettre. Nous nous sommes organisés pour que la passation des dossiers se fasse sereinement, personne ne m’a remplacé et mes collègues se sont dispatchés le travail. Cela m’a permis de ne pas avoir de poids et de me concentrer uniquement sur mon rétablissement. Ils m’ont donné le temps dont j’avais besoin, j’ai repris à mi-temps, à mon rythme.

Est-ce que cela vous a pénalisé en termes financiers ou pour votre carrière ?

Grâce au système de prévoyance de l’entreprise, mon salaire a toujours été maintenu à 100 %, je n’ai donc eu aucune perte de revenus. Malgré mon absence de 6 mois, on m’a tout de même octroyé une partie de la prime annuelle, ainsi qu’une augmentation comme les précédentes années. Quant à mon poste, j’ai retrouvé exactement le même, avec les mêmes dossiers : c’est comme si rien ne s’était passé, on peut difficilement faire mieux !

Je suis consciente que la situation n’est pas toujours aussi idéale, mais je veux montrer que certains employeurs sont bienveillants et humains.

Est-ce que la maladie impacte votre vie sur d’autres aspects ?

Oui, avec mon conjoint, nous cherchons à acheter une maison et on sait que ma maladie va être un obstacle, c’est clair et net.
Je suis également pénalisée en termes de voyage, car je les redoute. Le seul voyage qu’on a fait, depuis la greffe, était en Irlande et j’ai passé 2 jours à l’hôpital. Ca n’est probablement pas lié à ma greffe mais je suis beaucoup plus stressée qu’auparavant.

Partagez

Plus de lecture

4 Commentaires

  • Ma vie est figée depuis 2014 si seulement les employeurs peuvent comprendre qu’un handicap ne peut t’enlever tes responsabilités envers ta famille

  • Je bosse depuis octobre ai j’ai eu une série de remarques et amalgames sur mon travail ma motivation au regard de mails informatifs sur ma santé envoyés à ma rh par rapport au covid. Je suis écoeurée. Je suis vue comme plus ” motivee pour envoyer des mails sur ma santé et mes cp que dans mon travail”.. c’est odieux.

  • A quand une enquête sur les discriminations au travail pour les personnes handicapées ?

  • J’ai subi un licenciement abusif fin 2010 2 ans après ma greffe , j’ai pu rebondir quelques années de plus , faisant quelques boulots un peu physique , j’ai maintenant une discopathie , le poste de la société ou j’ai été licencié m’était complètement adapté , si je n’aurais pas été licencié dans cette société j’aurais pus continuer à travaillé encore quelques années de plus , maintenant j’ai 56 ans c’est encore plus difficile pour moi , donc j’ai été mis en invalidité .

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les valeurs
de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >

Les valeurs de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >
Renaloo a vu le jour en 2002 sous la forme d'un blog. Aujourd’hui, l’association compte plus de 6 400 membres et mobilise des publics larges, avec une présence forte sur les réseaux sociaux, la capacité de contacter par voie électronique plusieurs dizaines de milliers de patients, professionnels, institutionnels, journalistes, etc. La démarche de Renaloo est en permanence animée par la conviction que les patients peuvent et doivent devenir des acteurs de leurs parcours et ainsi reprendre le contrôle de leur destin, au plan individuel, mais aussi collectif.

Yvanie Caillé,
Fondatrice de Renaloo

Soutenez-nous

Votre générosité, garante de notre indépendance financière, est essentielle pour la poursuite de nos missions et l'efficacité de nos actions, dans l’intérêt des personnes malades et de leurs proches.

S’inscrire / Adhérer à Renaloo

Devenir membre de Renaloo, c'est nous aider à mieux porter la parole des patients auprès des instances de santé.
Plus nous serons nombreux, plus nous serons représentatifs, plus nos voix seront entendues, mieux nous pourrons agir.
Devenir membre de Renaloo, c'est aussi être informé de l’actualité de l’association, de ses actions, avoir la possibilité de participer au forum, de réagir aux articles publiés sur le site, d’entrer en contact avec les autres rénaliens, etc.