Identifiez-vous !
Adhérer à Renaloo Faire un don à Renaloo

Powered by Easytagcloud v2.1
Les dernières actualités

Eclairage : quelques précisions sur le plaidoyer de Renaloo autour la répartition des greffons rénaux

Mis à jour le lundi, 02 juillet 2018 07:49 - Écrit par Renaloo le samedi, 30 juin 2018 11:19

Ce système génère des injustices

La première et la plus visible est la disparité des durées d'attente entre les équipes que nous avons dénoncée, à partir des données issues de l’Agence de la biomédecine.

Il a de plus des effets pervers comme de permettre à certaines équipes de réaliser des greffes préemptives (sans dialyse préalable) à partir de donneurs décédés, ce qui est en pratique impossible pour les grosses équipes.

Enfin, il contribue à "désinciter" les équipes ayant des durées d’attente faible à faire des greffes de donneur vivant préemptives, qui sont minoritaires en France, alors qu’au plan éthique, médical et humain leur développement devrait constituer une priorité.

Ce système de double répartition est complexe, illisible et impossible à expliquer aux patients et au grand public. 

Il est aussi opaque, car des dérogations sur l'attribution du rein local sont possibles, permettant sans contrôle aux équipes de l'attribuer à un patient choisi sur des critères personnels.

La répartition à l'équipe locale pour la moitié des reins prélevés existe en France depuis la création de la répartition par Jean Dausset et France Transplant, en 1969. Sa « sanctuarisation », depuis 2009, a renforcé l’injustice en permettant au rein local de déroger à toutes les priorités, y compris aux priorités nationales, privant ainsi certains patients très difficiles à greffer, hyperimmunisés notamment, de la moitié des offres des rares greffons compatibles.

Pour poster un commentaire veuillez vous identifier.