Identifiez-vous !
Adhérer à Renaloo Faire un don à Renaloo

Powered by Easytagcloud v2.1
Les dernières actualités

Eclairage : quelques précisions sur le plaidoyer de Renaloo autour la répartition des greffons rénaux

Mis à jour le lundi, 02 juillet 2018 07:49 - Écrit par Renaloo le samedi, 30 juin 2018 11:19

Ce que nous demandons

Nous reconnaissons la complexité du problème, mais au bout du compte, le système français, fondé sur un double système de répartition, avec à la fois un score d'attribution au patient (juste) pour la moitié des reins, et une répartition à l'équipe locale (injuste) pour l'autre moitié, n’est pas éthique.

Il doit évoluer vers davantage d’équité et de transparence.

En tout état de cause, nous sommes pleinement conscients qu’une suppression brutale du rein local ferait courir le risque d’une diminution importante de l’activité de greffe de certaines équipes.

Pour cette raison, nous demandons que le principe de la sanctuarisation du rein local soit d’abord aboli, mesure très simple, et qu’un processus plus ambitieux et naturellement plus long soit enclenché pour aller vers une répartition nationale de la totalité des organes aux patients. Ce processus prendra le temps nécessaire, mais ne devra pas excéder deux années.

Ce système national de répartition au patient peut être équilibré pour préserver l'activité des équipes, en introduisant dans le score, ce qui est déjà le cas pour le rein "national", des points de proximité, qui évitent la circulation excessive des organes.

Le système de points peut (et doit) être ajusté en permanence, comme c’est le cas dans la zone Eurotransplant, qui depuis plus de 20 ans répartit les organes de manière équitable dans 8 pays Européens ; Les preuves ont été apportées de sa grande efficacité, ce qui a permis d’éteindre toutes les polémiques le concernant.

Cette mise en œuvre progressive doit aussi conduire les équipes dont l’activité diminuerait à s’engager plus résolument vers une diversification des sources de greffons utilisées : à partir de donneurs vivants, prélevés sur des donneurs à cœur arrêté, à critères élargis, etc.

La réflexion doit également intégrer les autres motifs d’iniquité dans l’accès à la greffe : accès à la liste d’attente, recours au dispositif de contre-indications temporaires, conditions des inscriptions préemptives, hétérogénéité régionale des prélèvements, notamment.

Enfin, cette réforme doit permettre de formaliser le processus d'élaboration et de modification permanente des règles de répartition par l'AbM, actuellement opaque et informel. Elle doit bien entendu introduire l'obligation de participation effective des associations de patients à toutes les étapes de ce processus.

La suppression du rein local ne doit en aucun cas avoir pour conséquence une restriction de l’accès à la greffe rénale. Au contraire, il doit conduire à un accès à la greffe plus juste et plus transparent, mais aussi s’inscrire clairement dans une démarche structurée, efficace et solidaire de lutte contre la pénurie d’organes.

Pour poster un commentaire veuillez vous identifier.