Identifiez-vous !
Adhérer à Renaloo Faire un don à Renaloo

Powered by Easytagcloud v2.1
Les dernières actualités

Gliflozines : le grand espoir d’un médicament qui ralentirait vraiment l’insuffisance rénale

Mis à jour le lundi, 14 décembre 2020 12:16 - Écrit par Renaloo le lundi, 14 décembre 2020 11:19

✅ C’est l’histoire d’un médicament imaginé pour améliorer contrôle de la glycémie des patients diabétiques, et qui s’est en fait révélé avoir des propriétés allant bien au-delà, notamment en matière de protection rénale.

✅ Les gliflozines pourraient représenter un progrès majeur, le premier depuis au moins deux décennies, pour ralentir l’évolution des maladies rénales chroniques.

Les études disponibles sont prometteuses et, même si beaucoup de questions subsistent, les espoirs sont grands pour les patients insuffisants rénaux.

➡️ Les Docteurs Antoine Créon et Cédric Rafat, néphrologues à l’hôpital Tenon à Paris, ont accepté pour Renaloo de faire le point sur cette nouvelle classe de médicaments dont on attend beaucoup.  


✅ Les Gliflozines sont une nouvelle classe thérapeutique développée dans le traitement du diabète de type 2, de la maladie rénale chronique et de l’insuffisance cardiaque.

➡️ Elles agissent en empêchant la fonction de SGLT2, un transporteur rénal permettant la réabsorption de glucose et sodium, entrainant une fuite de ceux-ci dans les urines.

Cette fuite, par des mécanismes multiples et encore largement incompris, entraine une protection contre la récidive d’évènement cardiovasculaire majeur (AVC, infarctus, décès cardiovasculaire) chez les diabétiques de type 2, ralentit la progression de la maladie rénale chronique modérée et la récidive d’épisodes d’insuffisance cardiaque aiguë chez les patients atteints de ces pathologies.

➡️ Les données actuelles permettent de placer les gliflozines en première intention dans le diabète de type 2 avec atteinte rénale.

➡️ Leur place exacte dans l’arsenal thérapeutique des autres maladies rénales reste à déterminer. Peu ou pas de données existent quant à leur utilisation dans l’insuffisance rénale sévère (DFG< 30 mL/min), chez les personnes très âgées ou dans de nombreuses maladies rénales comme la polykystose ou les transplantés d’organe par exemple.

➡️ Si elles sont globalement bien tolérées, elles entrainent fréquemment des mycoses génitales et peuvent être à l’origine d’une acidocétose normoglycémique, nécessitant une surveillance spécifique via un lecteur capillaire. Leurs effets indésirables à long terme sont inconnus.

➡️ Seule la Dapagliflozine est pour l’instant disponible en France, avec des conditions de prescription restrictives mais qui sont amenées à évoluer compte-tenu des données les plus récentes. 

 

Pour poster un commentaire veuillez vous identifier.