Actualités

Maastricht 3 : déjà 25 patients greffés à partir de reins prélevés sur donneurs décédés après un arrêt de soin

A l’occasion d’un colloque sur le prélèvement d’organes, Anne Courrèges, directrice générale de l’Agence de Biomédecine, a fait le point sur le programme de prélèvements sur des donneurs décédés suite à un arrêt des thérapeutiques actives (dits de la catégorie "maastricht 3").

Elle a rappelé qu’il a fait l’objet d'une longue construction : l’avis positif du CCNE en 2009, puis de l’ABM et des instances parlementaires, l’autorisation d’un premier CHU en décembre 2014, suivie finalement d’assez près de deux autres autorisations (Nantes, La Pitié – Paris).

Elle a annoncé l’entrée dans le protocole de deux autres hôpitaux, dans le cadre de la phase pilote. Le développement à plus grande échelle pourrait se faire après une évaluation à la fin de l’année.

Depuis son démarrage au printemps 2015, c'est-à-dire en quelques mois, le programme a permis de réaliser 25 greffes.

A terme, il pourrait permettre d’augmenter de 10 à 20% le nombre de greffons rénaux disponibles en France, avec des résultats satisfaisants. C'est donc un important espoir pour tous les patients en attente de greffe.

De son côté, la Cour des comptes, dans son rapport publié le 15 septembre 2015, regrette que l’AbM n’ait défini que tardivement les règles à appliquer pour ce type de prélèvements, eu égard à la sensibilité du sujet (…), alors qu’ils représentent une part importante des greffons issus de personnes décédées à l’étranger : pour rappel, environ 50 % des greffons rénaux aux Pays-Bas, 45 % au Royaume-Uni, 19 % en Belgique et 10 % en Espagne (jusqu’à 40 % à Madrid).
 

Partagez

Plus de lecture

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les valeurs
de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >

Les valeurs de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >
Renaloo a vu le jour en 2002 sous la forme d'un blog. Aujourd’hui, l’association compte plus de 6 400 membres et mobilise des publics larges, avec une présence forte sur les réseaux sociaux, la capacité de contacter par voie électronique plusieurs dizaines de milliers de patients, professionnels, institutionnels, journalistes, etc. La démarche de Renaloo est en permanence animée par la conviction que les patients peuvent et doivent devenir des acteurs de leurs parcours et ainsi reprendre le contrôle de leur destin, au plan individuel, mais aussi collectif.

Yvanie Caillé,
Fondatrice de Renaloo

Soutenez-nous

Votre générosité, garante de notre indépendance financière, est essentielle pour la poursuite de nos missions et l'efficacité de nos actions, dans l’intérêt des personnes malades et de leurs proches.

S’inscrire / Adhérer à Renaloo

Devenir membre de Renaloo, c'est nous aider à mieux porter la parole des patients auprès des instances de santé.
Plus nous serons nombreux, plus nous serons représentatifs, plus nos voix seront entendues, mieux nous pourrons agir.
Devenir membre de Renaloo, c'est aussi être informé de l’actualité de l’association, de ses actions, avoir la possibilité de participer au forum, de réagir aux articles publiés sur le site, d’entrer en contact avec les autres rénaliens, etc.