Actualités

Dons et greffes d’organes au Liban


Une première au Liban

La première greffe hépatique effectuée à Denver, en 1963, par le Dr Tomas Starzl, ainsi que plusieurs autres tentatives, se soldent par des échecs consécutifs dus au problème de rejet. Les pratiques de transplantation hépatique connaissent, alors, une période de stagnation pour reprendre de plus belle dans les années 80 avec l’avènement de la ciclosporine.
La greffe demeure l’unique remède pour certaines affections hépatiques à l’instar des cirrhoses (virales, alcooliques, biliaires,…), des petits cancers primitifs du foie (qui prennent naissance à l’origine dans le foie et non les cancers métastatiques localisés secondairement dans le foie), des hépatites virales fulminantes (nécessitant une greffe dans un court délai de 2 à 3 jours, avant que mort s’ensuive).

La survie moyenne de malades souffrant de cirrhoses hépatiques décompensées se situe autour de 20%, à 5 ans. Autrement dit, sur 100 cirrhotiques, 80 décèdent dans les 5 ans à venir. Alors que la transplantation hépatique assure une survie moyenne de 70%, à 5 ans. Ce qui représente une amélioration considérable pour l’espérance de vie de ces malades.
On dénombre, actuellement, 3.000 greffes hépatiques par an, aux Etats-Unis et 600 à 700 en France où ces transplantations sont uniquement réalisées dans des CHU (Centres hospitaliers universitaires).
Au Liban, à l’Hôtel-Dieu de France (CHU), une équipe de transplantation hépatique est déjà en place. Elle représente une des premières équipes de ce genre au Proche-Orient arabe, exception faite de l’Arabie Saoudite qui bénéficie d’une aide américaine.
Toutefois, son activité est entravée par deux problèmes : le don d’organes et le coût élevé de la transplantation.

De quel don s’agit-il ?

Chirurgien de l’équipe de transplantation et spécialiste en chirurgie digestive et hépatobiliaire, le Dr Roger Noun explique l’importance du don cadavérique pour ce genre de transplantation : le foie du donneur est entièrement greffé au receveur. Le foie prélevé doit être appareillé au poids du recevoir pour garantir la réussite de l’opération (le poids du foie représente en général 2% du poids total d’un homme).
Cependant, pour pallier la pénurie en dons d’organes, les médecins effectuent des prélèvements sur donneur vivant et ce, uniquement, dans le cas d’un donneur adulte à un receveur enfant. Le foie de l’enfant étant de petite taille, on prélève environ 30% du foie du père ou de la mère (lobe gauche). L’opération de prélèvement, très délicate, mettrait la vie du donneur en péril. Elle nécessite la participation d’une équipe médicale compétente en la matière et le recours à une technique spéciale, afin d’arrêter le saignement abondant dû à l’ablation. Il est, par conséquent, difficilement concevable qu’un trafic de foie puisse être organisé, car seuls les parents du malade entreprendraient une telle démarche courageuse.
Pour le moment, la greffe hépatique des enfants à l’Hôtel-Dieu constitue une perspective d’avenir, en attendant qu’un chirurgien pédiatre se joigne à l’équipe.

Voici, pour nous résumer, les dons et greffes hépatiques possibles :

  • Don cadavérique : pour donneur adulte, receveur adulte ; pour donneur enfant, receveur enfant.

  • Donneur vivant : pour donneur adulte, receveur enfant.

Financement de la greffe

L’opération de greffe hépatique dure, à elle seule, environ 12 heures, sans compter le prélèvement. Elle ne peut se concevoir que dans un CHU à l’instar de l’Hôtel-Dieu, groupant un plateau multidisciplinaire de spécialistes concernés par la transplantation : une équipe de transplantation (hépatologues, chirurgiens hépatiques), des réanimateurs, des responsables de laboratoires capables de lire les biopsies hépatiques, des infectiologues, pneumologues, cardiologues, un service de radiologie et un laboratoire de pointe.
Une surveillance indispensable, vigilante et continue est de même assurée dans un CHU, grâce aux étudiants en formation.
Cette opération délicate et compliquée requiert un séjour d’une semaine à dix jours en unité de réanimation, ainsi qu’un mois d’hospitalisation. Son coût moyen est chiffré à 75.000 dollars.
Sans une prise en charge sociale par le ministère de la Santé, elle demeure inaccessible pour la majorité des malades. Leur seul espoir actuel serait d’être secondé par des associations caritatives ou des organismes humanitaires.

Partagez

Plus de lecture

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les valeurs
de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >

Les valeurs de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >
Renaloo a vu le jour en 2002 sous la forme d'un blog. Aujourd’hui, l’association compte plus de 6 400 membres et mobilise des publics larges, avec une présence forte sur les réseaux sociaux, la capacité de contacter par voie électronique plusieurs dizaines de milliers de patients, professionnels, institutionnels, journalistes, etc. La démarche de Renaloo est en permanence animée par la conviction que les patients peuvent et doivent devenir des acteurs de leurs parcours et ainsi reprendre le contrôle de leur destin, au plan individuel, mais aussi collectif.

Yvanie Caillé,
Fondatrice de Renaloo

Soutenez-nous

Votre générosité, garante de notre indépendance financière, est essentielle pour la poursuite de nos missions et l'efficacité de nos actions, dans l’intérêt des personnes malades et de leurs proches.

S’inscrire / Adhérer à Renaloo

Devenir membre de Renaloo, c'est nous aider à mieux porter la parole des patients auprès des instances de santé.
Plus nous serons nombreux, plus nous serons représentatifs, plus nos voix seront entendues, mieux nous pourrons agir.
Devenir membre de Renaloo, c'est aussi être informé de l’actualité de l’association, de ses actions, avoir la possibilité de participer au forum, de réagir aux articles publiés sur le site, d’entrer en contact avec les autres rénaliens, etc.