Actualités

L’avenir de la greffe d’organes

Cette page a été réalisée à partir des informations recueillies lors du forum “Organes Artificiels, greffes : l’Avenir” qui s’est déroulé le 28 septembre 2003 à la Cité des sciences et de l’industrie.Des compléments ont été ajoutés au fil du temps.

Aujourd’hui, en France, on estime à près de 30 000 le nombre de personnes qui vivent grâce à une greffe de rein.

Dans ce domaine, les traitements font l’objet de recherches intensives. Leurs objectifs : diminuer leur toxicité, augmenter leur efficacité, trouver des traitements contre le rejet chronique et à terme induire la tolérance de l’organe greffé par l’organisme du receveur…

Pourtant, et malgré des résultats très encourageants, de nombreux obstacles se dressent encore sur le chemin des médecins.

Face à ce constat, les voies alternatives à la transplantation sont étudiées. Les biotechnologies sont dans ce domaine plus que jamais d’actualité.

alt

Les chercheurs tentent de diversifier les sources de prélèvement en examinant par exemple les possibilités d’utiliser des organes animaux : c’est la xénogreffe.

Outre les difficultés purement techniques, une question fondamentales se pose : Le futur xénogreffé, comme la collectivité, sont-ils prêts à accepter l’utilisation de l’animal en tant que pourvoyeur d’organes ?

L’organogénèse consisterait à créer en incubateur, à partir d’une cellule ayant conservé ses capacités de différenciation, un organe complet, parfaitement compatible avec son receveur.

Un formidable espoir pour tous les malades en attente d’une solution, mais un vaste débat en perspective : les techniques impliquées pourraient aller de la xénotransplantation à l’utilisation de cellules souches…

 

Partagez

Plus de lecture

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les valeurs
de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >

Les valeurs de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >
Renaloo a vu le jour en 2002 sous la forme d'un blog. Aujourd’hui, l’association compte plus de 6 400 membres et mobilise des publics larges, avec une présence forte sur les réseaux sociaux, la capacité de contacter par voie électronique plusieurs dizaines de milliers de patients, professionnels, institutionnels, journalistes, etc. La démarche de Renaloo est en permanence animée par la conviction que les patients peuvent et doivent devenir des acteurs de leurs parcours et ainsi reprendre le contrôle de leur destin, au plan individuel, mais aussi collectif.

Yvanie Caillé,
Fondatrice de Renaloo

Soutenez-nous

Votre générosité, garante de notre indépendance financière, est essentielle pour la poursuite de nos missions et l'efficacité de nos actions, dans l’intérêt des personnes malades et de leurs proches.

S’inscrire / Adhérer à Renaloo

Devenir membre de Renaloo, c'est nous aider à mieux porter la parole des patients auprès des instances de santé.
Plus nous serons nombreux, plus nous serons représentatifs, plus nos voix seront entendues, mieux nous pourrons agir.
Devenir membre de Renaloo, c'est aussi être informé de l’actualité de l’association, de ses actions, avoir la possibilité de participer au forum, de réagir aux articles publiés sur le site, d’entrer en contact avec les autres rénaliens, etc.