Actualités

Un problème de santé publique

Des chiffres qui font réfléchir…

dialyse et santé publique

  • Environ 7000 malades parviennent chaque année au stade terminal d'une insuffisance rénale chronique en France. Ce nombre augmente d'environ 6 % par an. En 2010, environ 70.500 personnes de tous âges ont été ainsi traitées, environ 37.500 par dialyse et 33.000 par transplantation.
  • Le coût d’une année d'hémodialyse, incluant médicaments et transports, se situe autour de 88 K€ par malade. Les traitements extrêmement lourds auxquels sont soumis les patients au stade terminal consomment ainsi plus de 2% du budget total de la Santé, pour 0,05% de la population…
  • Plus de 30% des patients sont pris en charge en dialyse en urgence. Ce constat est le même que dans les années 70, et les conséquences en sont majeures. Outre le traumatisme lié au manque de préparation à l’initiation du traitement de suppléance, les complications installées pendant la phase silencieuse de la maladie grèvent lourdement l’avenir des malades et le coût des traitements nécessaires. En effet, si l’anémie peut presque toujours être contrôlée, même tardivement, les dégâts osseux et cardio-vasculaires sont pratiquement irréversibles.
  • Avec l’augmentation de l’espérance de vie et le développement de certaines maladies comme le diabète ou l’hypertension artérielle, les maladies rénales sont amenées à toucher une part croissante de la population. Aux Etats-Unis, par exemple, 430 000 patients sont traités par dialyse, 7% du budget de Medicare en 2002 étaient consacrés aux traitements de suppléance de l’insuffisance rénale terminale, dont l’incidence a doublé dans les 10 dernières années !
  • Dans le monde, plus d’un million de personnes survivent grâce à la dialyse.
  • Dans le monde, plus de trois millions de malades décèdent chaque année dans les pays où ce traitement n’est pas disponible !

En France, une prise de conscience tardive…

En 2001, à l'occasion de la première « journée nationale de l’insuffisance rénale chronique », Bernard Kouchner, alors ministre délégué à la santé, déclarait que l’insuffisance rénale était la cinquième cause nationale de santé publique et insistait sur la nécessité de mieux la prévenir. Le plan Insuffisance Rénale chronique 2002-2005 était mis en place.

En 2004, dans la loi relative à la politique de santé publique, le Parlement inscrivait l’objectif de « stabiliser l’incidence de l’insuffisance rénale chronique terminale d’ici à 2008 ».

Afin de mieux prendre la mesure des différents enjeux, un registre épidémiologique sur l'insuffisance rénale a été mis en place en 2002. Baptisé REIN (Registre épidémiologie et insuffisance rénale), il a pour objectif de décrire l’incidence et la prévalence des traitements de suppléance de l’insuffisance rénale chronique, les caractéristiques de la population traitée, la mortalité et les modalités de traitement au moyen d’un enregistrement exhaustif et continu d’informations sur les patients, comme par exemple leur qualité de vie.

Voir la page consacrée au REIN sur le site de l'Agence de la biomédecine

Partagez

Plus de lecture

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les valeurs
de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >

Les valeurs de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >
Renaloo a vu le jour en 2002 sous la forme d'un blog. Aujourd’hui, l’association compte plus de 6 400 membres et mobilise des publics larges, avec une présence forte sur les réseaux sociaux, la capacité de contacter par voie électronique plusieurs dizaines de milliers de patients, professionnels, institutionnels, journalistes, etc. La démarche de Renaloo est en permanence animée par la conviction que les patients peuvent et doivent devenir des acteurs de leurs parcours et ainsi reprendre le contrôle de leur destin, au plan individuel, mais aussi collectif.

Yvanie Caillé,
Fondatrice de Renaloo

Soutenez-nous

Votre générosité, garante de notre indépendance financière, est essentielle pour la poursuite de nos missions et l'efficacité de nos actions, dans l’intérêt des personnes malades et de leurs proches.

S’inscrire / Adhérer à Renaloo

Devenir membre de Renaloo, c'est nous aider à mieux porter la parole des patients auprès des instances de santé.
Plus nous serons nombreux, plus nous serons représentatifs, plus nos voix seront entendues, mieux nous pourrons agir.
Devenir membre de Renaloo, c'est aussi être informé de l’actualité de l’association, de ses actions, avoir la possibilité de participer au forum, de réagir aux articles publiés sur le site, d’entrer en contact avec les autres rénaliens, etc.