Actualités

La greffe au féminin : suivi gynécologique et contraception

Cet article a été mis à jour début 2017, dans le cadre d'un groupe de travail impliquant notamment les Docteurs Zeina Chakhtoura et Isabelle Heard et le Professeur Anne Gompel, gynécologues.

La greffe au féminin : suivi gynécologique et contraception

L’insuffisance rénale, la dialyse et la greffe ont des conséquences importantes sur la "vie gynécologique" des femmes.

  • En dialyse

Les troubles des règles sont très fréquents durant la période de dialyse. Selon les études, 30 à 60% des femmes dialysées n’ont pas de règles et seulement 10 à 24% d’entre elles ont des cycles réguliers. L’insuffisance rénale a en effet un impact hormonal important.

Il est possible chez ces femmes, après avoir réalisé des dosages hormonaux, de mettre en place des traitements spécifiques pour régulariser les règles. Il s’agit cependant de règles "artificielles", il n’y a pas de restauration de la fécondité.

  • Après la greffe

Dans la plupart des cas, les cycles menstruels se normalisent dans les cinq mois qui suivent la greffe et la fécondité s’améliore très nettement.

Il est donc nécessaire de mettre en place une contraception.

Or, la prise de charge contraceptive est souvent imparfaite après la greffe.
Ainsi, une étude brésilienne a par exemple montré que :

  • Avant la greffe, 74% des femmes consultaient pour une contraception, elles n’étaient plus que 48% après la greffe.
  • Et si 65% de ces femmes prenaient une contraception orale avant la greffe, elles n’étaient plus que 14% après la greffe !

Ces difficultés de prise en charge entraînent un pourcentage important de grossesses non planifiées chez les femmes transplantées (7,6%)…

 

Partagez

Plus de lecture

2 Commentaires

  • bonjour je m’appelle Anna j’ai 20 ans je viens d’être greffé en janvier 2020, je voulais savoir si c’est déjà arrivé à des femmes greffé d’avoir plusieurs épisode de mycose vaginale du au traitement anti-rejet ? 😐 depuis la greffe je me sent plus mal qu’avant, j’ai tout le temps des douleurs au niveau de l’estomac et des intestins et j’ai ce problème de mycose vaginale à répétition. Si ça vous est déjà arrivé je veux bien savoir comment vous avez fait pour que ça passe.

    merci beaucoup à celles qui me répondrons 🙂

  • Bonjour, moi c’est pauline j’ai 19 ans et je me suis greffée aussi au mois de janvier de cette année aussi, je n’ai pas eus de mycose vaginale, mais des diarrhées, j’avais beaucoup de douleurs intestinale etc et je me sentais aussi mieux avant mais c’est surtout dû au traitement, demandez aux néphrologues des vous prescrire des analyses afin de vérifier les dosages de médicaments, malgré le confinement forcer un peu dites que vous avez des problèmes à ce niveaux là et que vous en pouvez plus, moi aujourd’hui avec deux passages à l’hôpital d’une semaine chacun, je bois beaucoup, mange mieux et la forme et les muscles perdues commence à revenir ! Bonne chance

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les valeurs
de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >

Les valeurs de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >
Renaloo a vu le jour en 2002 sous la forme d'un blog. Aujourd’hui, l’association compte plus de 6 400 membres et mobilise des publics larges, avec une présence forte sur les réseaux sociaux, la capacité de contacter par voie électronique plusieurs dizaines de milliers de patients, professionnels, institutionnels, journalistes, etc. La démarche de Renaloo est en permanence animée par la conviction que les patients peuvent et doivent devenir des acteurs de leurs parcours et ainsi reprendre le contrôle de leur destin, au plan individuel, mais aussi collectif.

Yvanie Caillé,
Fondatrice de Renaloo

Soutenez-nous

Votre générosité, garante de notre indépendance financière, est essentielle pour la poursuite de nos missions et l'efficacité de nos actions, dans l’intérêt des personnes malades et de leurs proches.

S’inscrire / Adhérer à Renaloo

Devenir membre de Renaloo, c'est nous aider à mieux porter la parole des patients auprès des instances de santé.
Plus nous serons nombreux, plus nous serons représentatifs, plus nos voix seront entendues, mieux nous pourrons agir.
Devenir membre de Renaloo, c'est aussi être informé de l’actualité de l’association, de ses actions, avoir la possibilité de participer au forum, de réagir aux articles publiés sur le site, d’entrer en contact avec les autres rénaliens, etc.