Actualités

Le récit

La date de mon rendez-vous avec le centre de transplantation est arrivée.

Dominique et moi nous y rendons avec mon dossier sous le bras, nourrissant l'espoir d'obtenir quelques éclaircissements sur ce projet de greffe. Ce que nous apprenons nous comble et nous surprend à la fois : le Professeur me remet plusieurs ordonnances à transmettre à maman afin qu'elle aussi passe rapidement un bilan pré-transplantation, et me demande de choisir une date pour l'intervention. Un peu prise de cours, je réponds que la seconde quinzaine de mai me semble "bien". Il prend note, et passe immédiatement un coup de fil à la secrétaire du chirurgien pour qu'elle bloque une date ! J'obtiens des rendez-vous avec l'anesthésiste et le chirurgien urologue, ainsi que pour le typage HLA.

Les choses sont rondement menées, et à la condition que les examens que doit passer maman soient concluants, rien ne semble plus s'opposer à ce que je sois greffée très rapidement. Je réalise que jusqu'à ce jour, je n'avais jamais vraiment cru à cette possibilité, ou plutôt je m'étais persuadée qu'un obstacle viendrait d'une façon ou d'une autre s'y opposer. Elle devient maintenant une réalité tangible, et moi qui n'osais plus me projeter dans l'avenir, je commence à envisager le mois de mai comme celui du retour à une vie meilleure.

Même si je sais que la greffe n'est pas une guérison, elle représente l'espoir d'une libération des contraintes et des difficultés liées à la dialyse. Je décide de mettre toutes les chances de mon côté et d'occuper les trois mois qui me séparent de cette échéance à m'y préparer au mieux.

Je m'inscris dans un club de sport et je reprends des activités physiques : natation, aquagym, musculation, stretching, chaque jour ou presque je m'impose une séance de sport. Si j'ai au départ quelques difficultés à respecter cette discipline, principalement à cause de la fatigue qu'elle entraîne, les résultats ne se font pas attendre : je me muscle, je dors mieux, je deviens plus patiente et bientôt je sens que cela devient indispensable à mon équilibre.

Partagez

Plus de lecture

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les valeurs
de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >

Les valeurs de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >
Renaloo a vu le jour en 2002 sous la forme d'un blog. Aujourd’hui, l’association compte plus de 6 400 membres et mobilise des publics larges, avec une présence forte sur les réseaux sociaux, la capacité de contacter par voie électronique plusieurs dizaines de milliers de patients, professionnels, institutionnels, journalistes, etc. La démarche de Renaloo est en permanence animée par la conviction que les patients peuvent et doivent devenir des acteurs de leurs parcours et ainsi reprendre le contrôle de leur destin, au plan individuel, mais aussi collectif.

Yvanie Caillé,
Fondatrice de Renaloo

Soutenez-nous

Votre générosité, garante de notre indépendance financière, est essentielle pour la poursuite de nos missions et l'efficacité de nos actions, dans l’intérêt des personnes malades et de leurs proches.

S’inscrire / Adhérer à Renaloo

Devenir membre de Renaloo, c'est nous aider à mieux porter la parole des patients auprès des instances de santé.
Plus nous serons nombreux, plus nous serons représentatifs, plus nos voix seront entendues, mieux nous pourrons agir.
Devenir membre de Renaloo, c'est aussi être informé de l’actualité de l’association, de ses actions, avoir la possibilité de participer au forum, de réagir aux articles publiés sur le site, d’entrer en contact avec les autres rénaliens, etc.