Actualités

Le récit

Le temps passe, maman me tient régulièrement au courant des résultats de ses examens, qui sont tous excellents. A chaque fois, c'est une nouvelle victoire qui nous rapproche un peu plus de notre objectif commun.

Je sens que cette greffe, elle la souhaite sans doute encore plus que moi. Je me rends compte qu'à chacune de ses visites elle souffre de voir à quel point la maladie et ses contraintes ont affecté nos vies. Elle se désole aussi de me voir toujours plus amaigrie et fatiguée. En plus, comme par hasard, les dialyses qui ont lieu lorsque mes parents sont à la maison se passent rarement sans incident.

Depuis que ma maladie a été diagnostiquée, elle a toujours voulu me donner un rein. Cette idée est longtemps restée en suspens, comme une solution "au cas où".

Pourtant, tout comme la dialyse, ce n'était qu'une abstraction avant que j'y sois réellement confrontée. Je dois maintenant me faire à l'idée que ma mère va être mutilée à cause de moi, ou plutôt à cause de mon état de santé. Je sais que sa propre vie ne s'en trouvera pas modifiée, que les risques qu'elle encourt sont très faibles et que cette option constitue sans aucun doute la meilleure solution pour moi, c'est aussi une chance inespérée que beaucoup de malades n'ont pas.

Ce sont finalement sa propre volonté et sa motivation qui finissent de m'en convaincre : elle souhaite si ardemment ce don que si je lui préférais l'attente d'un rein de cadavre, elle en serait profondément déçue et attristée. Elle m'a donné la vie, a nourri beaucoup d'espoir pour moi, et me voir dans cet état l'affecte profondément. Dès lors, ce geste lui semble naturel. Je suis pourtant persuadée qu'il ne l'est pas tant que cela, et que beaucoup de parents ne seraient sans doute pas prêts à faire ce sacrifice pour leur enfant.

Partagez

Plus de lecture

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les valeurs
de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >

Les valeurs de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >
Renaloo a vu le jour en 2002 et aujourd’hui, l’association compte plus de 6 000 membres et mobilise des publics larges, avec une présence forte sur les réseaux sociaux, la capacité de contacter par voie électronique plusieurs dizaines de milliers de patients, professionnels, institutionnels, journalistes, etc. La démarche de Renaloo est en permanence animée par la conviction que les patients peuvent et doivent devenir des acteurs de leurs parcours et ainsi reprendre le contrôle de leur destin, au plan individuel, mais aussi collectif.

Yvanie Caillé,
Fondatrice de Renaloo

Soutenez-nous

Votre générosité, garante de notre indépendance financière, est essentielle pour la poursuite de nos missions et l'efficacité de nos actions, dans l’intérêt des personnes malades et de leurs proches.

S’inscrire / Adhérer à Renaloo

Devenir membre de Renaloo, c'est nous aider à mieux porter la parole des patients auprès des instances de la santé.
Plus nous serons nombreux, plus nous serons représentatifs, plus nos voix seront entendues, mieux nous pourrons agir.
Devenir membre de Renaloo, c'est aussi être informé(e) de l’actualité de l’association, de ses actions, avoir la possibilité de participer au forum, de réagir aux articles publiés sur le site, d’entrer en contact avec les autres rénaliens, etc.