Actualités

Le récit

Cette période d'attente s'écoule plutôt calmement, Dominique et moi sommes galvanisés par la perspective de la greffe et de l'amélioration qu'elle apportera à nos vies, ce qui nous permet de garder un optimisme (presque) à toute épreuve.

Lors d'une conversation que nous avons tous les deux à ce sujet, Dominique m'avoue que s'il était à ma place, il voudrait que tout soit déjà terminé, que la greffe soit derrière lui. Je lui réponds que ce n'est pas de cette façon que je vois les choses. Je veux vivre cette expérience à 200%, et ne surtout pas en rater une miette. Je l'attends non pas comme une épreuve mais comme un événement heureux, dans lequel je veux être partie prenante. J'entrevois déjà toute la signification qu'il va prendre. Je ne veux pas le subir, mais le vivre, le comprendre, et y contribuer dans la mesure de mes possibilités. Je ne l'envisage plus comme un "simple" acte médical ou chirurgical mais comme une aventure à part entière, aux multiples facettes.

Nous continuons nos sorties, nous écumons les brocantes de printemps, allons au cinéma, nous recommençons même à voir quelques amis. Je me remets même à améliorer la déco de notre maison, avec des objets et des meubles chinés à droite et à gauche.

Finalement la fin mai arrive, je me rends à une dernière consultation à la clinique : bonne pour le service ! Même ma tension artérielle est stabilisée (avec quand même quatre anti-hypertenseurs différents et une bonne dose de diurétiques).

Maman arrive sur Paris quelques jours avant la date prévue pour la greffe, elle doit encore passer une artériographie rénale, afin de s'assurer qu'il n'y a aucune contre indication à la transplantation. Je vais la chercher à la gare, puis je la conduis à l'hôpital. Elle passera l'examen le lendemain matin, et sortira le surlendemain. Nous faisons connaissance avec sa voisine de chambre. Elle a mon âge, est infirmière et a reçu quelques semaines plus tôt le rein que son mari lui a donné. Le récit de son histoire nous fait vibrer.

Les résultats de l'examen sont parfaitement normaux.

Nous profitons des quelques jours qui nous séparent de l'opération pour nous retrouver, faire du shopping, nous balader.

Partagez

Plus de lecture

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les valeurs
de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >

Les valeurs de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >
Renaloo a vu le jour en 2002 et aujourd’hui, l’association compte plus de 6 000 membres et mobilise des publics larges, avec une présence forte sur les réseaux sociaux, la capacité de contacter par voie électronique plusieurs dizaines de milliers de patients, professionnels, institutionnels, journalistes, etc. La démarche de Renaloo est en permanence animée par la conviction que les patients peuvent et doivent devenir des acteurs de leurs parcours et ainsi reprendre le contrôle de leur destin, au plan individuel, mais aussi collectif.

Yvanie Caillé,
Fondatrice de Renaloo

Soutenez-nous

Votre générosité, garante de notre indépendance financière, est essentielle pour la poursuite de nos missions et l'efficacité de nos actions, dans l’intérêt des personnes malades et de leurs proches.

S’inscrire / Adhérer à Renaloo

Devenir membre de Renaloo, c'est nous aider à mieux porter la parole des patients auprès des instances de la santé.
Plus nous serons nombreux, plus nous serons représentatifs, plus nos voix seront entendues, mieux nous pourrons agir.
Devenir membre de Renaloo, c'est aussi être informé(e) de l’actualité de l’association, de ses actions, avoir la possibilité de participer au forum, de réagir aux articles publiés sur le site, d’entrer en contact avec les autres rénaliens, etc.