Actualités

Le récit


J-1 : 30 mai 2002

Ce matin, les chiffres des analyses de la veille nous arrivent. Tout se présente bien, et hormis les valeurs qui sont perturbées par mon insuffisance rénale, nos résultats respectifs sont très similaires entre eux. Par exemple toutes nos sérologies sont négatives, à part l'EBV qui est positif… pour toutes les deux !

Je fais ma dernière dialyse en début d'après midi. Tandis que, branchée à la machine, je bouquine le dernier roman d'Anna Gavalda, "je l'aimais", un grand type en blouse blanche m'aborde en me disant qu'il vient de le terminer, qu'il a beaucoup aimé même s'il a trouvé la fin un peu bizarre. Nous discutons quelques instants, avant qu'il ne m'annonce qu'il va m'opérer le lendemain. C'est ainsi que je fais la connaissance de mon chirurgien ! Je ne l'avais jamais rencontré auparavant, c'est un de ses collaborateurs qui m'a reçue en consultation pré-opératoire. Du reste je ne le reverrai pas non plus après l'opération, mais ça me réconforte d'avoir pu au moins mettre un visage sur son nom.

Une des infirmières qui s'occupent de moi m'annonce qu'elle va assister à la greffe en observatrice : elle travaille en dialyse depuis quelques années, mais n'a encore jamais vu le déroulement d'une transplantation. La dialyse se déroule bien, lorsque je quitte le service tout le monde me souhaite bonne chance.

De retour dans la chambre, et alors que je m'étais résignée à ne plus rien attendre, le professeur fait son apparition et me demande si j'ai des questions. Et comment ! Il me rassure quant aux stéroïdes, les doses seront si faibles que je ne devrais pas avoir d'effets secondaires. De plus elles seront dégressives et iront jusqu'à l'arrêt total au bout de quelques mois ! Je respire. J'en profite pour l'interroger sur le reste des médicaments : pas de cyclosporine mais du tacrolimus. Je sais déjà que cela veut dire que je devrais passer au travers de l'hirsutisme et de la gingivite. Je n'en espérais pas tant !

Les derniers nuages d'inquiétude qui persistaient bien malgré moi se dissipent, l'avenir est plein de promesses.

Partagez

Plus de lecture

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les valeurs
de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >

Les valeurs de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >
Renaloo a vu le jour en 2002 et aujourd’hui, l’association compte plus de 6 000 membres et mobilise des publics larges, avec une présence forte sur les réseaux sociaux, la capacité de contacter par voie électronique plusieurs dizaines de milliers de patients, professionnels, institutionnels, journalistes, etc. La démarche de Renaloo est en permanence animée par la conviction que les patients peuvent et doivent devenir des acteurs de leurs parcours et ainsi reprendre le contrôle de leur destin, au plan individuel, mais aussi collectif.

Yvanie Caillé,
Fondatrice de Renaloo

Soutenez-nous

Votre générosité, garante de notre indépendance financière, est essentielle pour la poursuite de nos missions et l'efficacité de nos actions, dans l’intérêt des personnes malades et de leurs proches.

S’inscrire / Adhérer à Renaloo

Devenir membre de Renaloo, c'est nous aider à mieux porter la parole des patients auprès des instances de la santé.
Plus nous serons nombreux, plus nous serons représentatifs, plus nos voix seront entendues, mieux nous pourrons agir.
Devenir membre de Renaloo, c'est aussi être informé(e) de l’actualité de l’association, de ses actions, avoir la possibilité de participer au forum, de réagir aux articles publiés sur le site, d’entrer en contact avec les autres rénaliens, etc.