Voici les articles étiquetés avec le mot clé : greffe

Les résultats, les avantages, les risques

Pour le receveur, la greffe d’un rein provenant d’un donneur vivant présente des avantages très importants : C’est le traitement le plus efficace de l’insuffisance rénale terminale C’est le traitement qui permet la meilleure qualité de vie… C’est le traitement qui permet la plus longue espérance de vie… … le tout sans altérer la santé […]Lire la suite

Qui peut donner et comment : ce que dit la loi française

Ce type de don est actuellement encadré par la loi de bioéthique. Cette loi a été modifiée en 2004. Une nouvelle révision a été adoptée en juin 2011. A l'heure actuelle, peuvent donner un rein de leur vivant : Le père, la mère du receveur ainsi que par dérogation : son fils, sa fille son conjoint […]Lire la suite

Greffes d’organes et enjeux démocratiques

Intervention du Pr Jean-François Mattei, faite dans le cadre des auditions de la Commission de consultation publique sur les règles de répartition et d’attribution des organes prélevés sur des personnes décédées, en avril 1996. Concilier des contradictions Les règles de répartition et d’attribution des organes prélevés sur des personnes décédées constituent un enjeu crucial qui […]Lire la suite

Comment sont répartis les organes ?

La première égalité, c’est l’équité.Victor Hugo, extrait de ” Les Misérables “ Commençons par un fait, largement évoqué dans ces pages : il y a plus de candidats en attente de greffe que d’organes disponibles. C’est cette situation de pénurie qui a conduit à la création d’une liste d’attente sur laquelle sont inscrits les candidats […]Lire la suite

La loi de bioéthique au fil du temps

La loi de bioéthique définit le cadre juridique dans lequel s’inscrivent les activités de prélèvement et de greffe, mais aussi de procréation, d’embryologie et de génétique humaines, en France. La loi que nous connaissons est le résultat de plusieurs décennies d’évolution des textes et des pratiques, puisque les premiers textes de lois relatifs au don […]Lire la suite

Dons et greffes d’organes au Liban

Article de Lina Asfar, publié dans La Revue du Liban No 3649 – Reproduit avec l’aimable autorisation du journal. Tout y est : la technique moderne, l’équipe médicale spécialisée, les centres hospitaliers qualifiés… Il reste une condition à assurer : l’organe destiné à la greffe. En effet, sauver la vie de milliers de Libanais ou […]Lire la suite

Le Japon : quand deux conceptions de la mort s’affrontent…

Le Japon est le seul pays, parmi les grandes nations développées, qui ait attendu 1997 pour reconnaître officiellement la mort cérébrale comme fin de la vie. Le Danemark, qui a longtemps porté un regard négatif sur la mort cérébrale, critiqué par ses voisins pour son “égoïsme en matière d’organe”, l’a finalement reconnue comme mort humaine […]Lire la suite

L’IRC et la greffe en Inde : le prix des vies…

Par le Pr Vijay Kher, consultant senior en nephrologie, hôpital Indraprastha Apollo, New Dehli, IndeIntervention issue du Colloque France-Maghreb ” Quelle politique de coopération en matière de greffes pour les pays du Maghreb ? ” les 3-4 octobre 2003 à Marseille L’insuffisance rénale chronique constitue un problème croissant aujourd’hui dans les pays en voix de […]Lire la suite

L’avenir de la greffe d’organes

Cette page a été réalisée à partir des informations recueillies lors du forum “Organes Artificiels, greffes : l’Avenir” qui s’est déroulé le 28 septembre 2003 à la Cité des sciences et de l’industrie.Des compléments ont été ajoutés au fil du temps. Aujourd’hui, en France, on estime à près de 30 000 le nombre de personnes […]Lire la suite

Les valeurs
de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >

Les valeurs de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >
Renaloo a vu le jour en 2002 sous la forme d'un blog. Aujourd’hui, l’association compte plus de 6 400 membres et mobilise des publics larges, avec une présence forte sur les réseaux sociaux, la capacité de contacter par voie électronique plusieurs dizaines de milliers de patients, professionnels, institutionnels, journalistes, etc. La démarche de Renaloo est en permanence animée par la conviction que les patients peuvent et doivent devenir des acteurs de leurs parcours et ainsi reprendre le contrôle de leur destin, au plan individuel, mais aussi collectif.

Yvanie Caillé,
Fondatrice de Renaloo

Soutenez-nous

Votre générosité, garante de notre indépendance financière, est essentielle pour la poursuite de nos missions et l'efficacité de nos actions, dans l’intérêt des personnes malades et de leurs proches.

S’inscrire / Adhérer à Renaloo

Devenir membre de Renaloo, c'est nous aider à mieux porter la parole des patients auprès des instances de santé.
Plus nous serons nombreux, plus nous serons représentatifs, plus nos voix seront entendues, mieux nous pourrons agir.
Devenir membre de Renaloo, c'est aussi être informé de l’actualité de l’association, de ses actions, avoir la possibilité de participer au forum, de réagir aux articles publiés sur le site, d’entrer en contact avec les autres rénaliens, etc.