Actualités

Le Japon : quand deux conceptions de la mort s’affrontent…

altLe Japon est le seul pays, parmi les grandes nations développées, qui ait attendu 1997 pour reconnaître officiellement la mort cérébrale comme fin de la vie.

Le Danemark, qui a longtemps porté un regard négatif sur la mort cérébrale, critiqué par ses voisins pour son “égoïsme en matière d’organe”, l’a finalement reconnue comme mort humaine après avoir organisé un référendum national sur la question. Aujourd’hui, seuls quelques états (comme le Pakistan ou la Roumanie) n’ont toujours pas sauté le pas.

Le concept de mort cardiaque étant traditionnellement très fort, les doutes du peuple japonais quant aux transplantations d’organes supposant la mort cérébrale ont toujours été très profonds.

L’éthique médicale japonaise, qui puise ses racines dans la religion (essentiellement dans le culte shintoïste) et dans la tradition, a été un obstacle fondamental à l’acceptation du principe même des greffes. Pourtant, les choses évoluent peu à peu. Revenons sur les différents aspects de l’histoire mouvementée des greffes au pays du soleil levant.

Partagez

Plus de lecture

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les valeurs
de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >

Les valeurs de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >
Renaloo a vu le jour en 2002 et aujourd’hui, l’association compte plus de 6 000 membres et mobilise des publics larges, avec une présence forte sur les réseaux sociaux, la capacité de contacter par voie électronique plusieurs dizaines de milliers de patients, professionnels, institutionnels, journalistes, etc. La démarche de Renaloo est en permanence animée par la conviction que les patients peuvent et doivent devenir des acteurs de leurs parcours et ainsi reprendre le contrôle de leur destin, au plan individuel, mais aussi collectif.

Yvanie Caillé,
Fondatrice de Renaloo

Soutenez-nous

Votre générosité, garante de notre indépendance financière, est essentielle pour la poursuite de nos missions et l'efficacité de nos actions, dans l’intérêt des personnes malades et de leurs proches.

S’inscrire / Adhérer à Renaloo

Devenir membre de Renaloo, c'est nous aider à mieux porter la parole des patients auprès des instances de la santé.
Plus nous serons nombreux, plus nous serons représentatifs, plus nos voix seront entendues, mieux nous pourrons agir.
Devenir membre de Renaloo, c'est aussi être informé(e) de l’actualité de l’association, de ses actions, avoir la possibilité de participer au forum, de réagir aux articles publiés sur le site, d’entrer en contact avec les autres rénaliens, etc.