Actualités

Le Japon : quand deux conceptions de la mort s’affrontent…

 

Le projet de loi amendant la loi japonaise de 1997 sur la transplantation, qui avait été voté par les députés le 18 juin 2009, a été adopté par le parlement japonais le 13 juillet. Le prélèvement chez des enfants de moins de 15 ans sera désormais possible. Surtout, pour la première fois, la mort cérébrale est reconnue comme un critère de décès. Le texte prévoit qu’en l’absence de document écrit, une personne est considérée par principe comme donneuse potentielle, sauf si la famille s’y oppose. Enfin, si le donneur le souhaite, ses organes peuvent être attribués en priorité à ses proches.

Plusieurs sources déplorent des délibérations trop hâtives pour ce vote, à quelques jours de la dissolution de la chambre en raison du changement de majorité parlementaire. De fait le sujet de la mort cérébrale demeure très controversé au Japon ; un sondage récent a révélé qu’une majorité de répondants considèrent que, comme la loi de 1997 le stipule, la mort encéphalique ne devrait être considérée comme mort légale que chez les patients ayant déclaré leur volonté de donner leurs organes. Selon certains, les conditions précipitées du vote pourraient entraver l’acceptabilité des nouvelles dispositions en la matière.

 

Partagez

Plus de lecture

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les valeurs
de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >

Les valeurs de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >
Renaloo a vu le jour en 2002 sous la forme d'un blog. Aujourd’hui, l’association compte plus de 6 400 membres et mobilise des publics larges, avec une présence forte sur les réseaux sociaux, la capacité de contacter par voie électronique plusieurs dizaines de milliers de patients, professionnels, institutionnels, journalistes, etc. La démarche de Renaloo est en permanence animée par la conviction que les patients peuvent et doivent devenir des acteurs de leurs parcours et ainsi reprendre le contrôle de leur destin, au plan individuel, mais aussi collectif.

Yvanie Caillé,
Fondatrice de Renaloo

Soutenez-nous

Votre générosité, garante de notre indépendance financière, est essentielle pour la poursuite de nos missions et l'efficacité de nos actions, dans l’intérêt des personnes malades et de leurs proches.

S’inscrire / Adhérer à Renaloo

Devenir membre de Renaloo, c'est nous aider à mieux porter la parole des patients auprès des instances de santé.
Plus nous serons nombreux, plus nous serons représentatifs, plus nos voix seront entendues, mieux nous pourrons agir.
Devenir membre de Renaloo, c'est aussi être informé de l’actualité de l’association, de ses actions, avoir la possibilité de participer au forum, de réagir aux articles publiés sur le site, d’entrer en contact avec les autres rénaliens, etc.