Actualités

Le Japon : quand deux conceptions de la mort s’affrontent…

La première transplantation cardiaque a été réalisée à la faculté de Médecine de Sapporo en 1968. Mais ce qui aurait dû passer pour un miracle de la médecine moderne a été en fait à l’origine d’une polémique, portant notamment sur le bon diagnostic de la mort cérébrale, et la réelle nécessité d’une transplantation pour le patient receveur.

Malgré les demandes répétées des autorités médicales, aucune autre transplantation cardiaque n’a pu avoir lieu durant les trois décennies qui ont suivi. Les seules greffes pratiquées durant toutes ces années l’ont été à partir de donneurs vivants (il s’agissait essentiellement de greffes rénales). Quelques transplantations de reins et de cornées prélevées sur des donneurs à cœurs non battant ont aussi pu être réalisées.

En 1993, un premier projet de loi visant au développement des greffes stipulait que la mort cérébrale devait être considérée comme la fin de la vie et que, même sans le consentement du donneur avant sa mort, un organe pouvait être prélevé pour une transplantation si la famille endeuillée avait donné son accord. Ce projet de loi a été unanimement rejeté en septembre 1996, sans la moindre discussion.

A la suite de cette décision, la Société Japonaise pour les Transplantations a indiqué qu’elle “formulerait un guide d’actions permettant la réalisation de transplantations d’organes, si possible dans les prochains six mois, quoiqu’il advienne de la législation”. Cela a mis en lumière la question des transplantations et encouragé les médias à donner leurs arguments pour ou contre.

En 1997, 166 greffes de rein (à partir de donneurs vivants ou à cœur non battant uniquement) et 1748 greffes de cornées ont été réalisées. Dans le même temps, les listes d’attente, faisaient mention des chiffres suivants :

  • 18 patients en attente de cœur
  • 31 patients en attente de foie
  • 10 patients en attente de poumons
  • 13119 patients en attente de rein
  • 5542 patients en attente de cornée

Les chiffres de patient en attente de coeur, de foie ou de poumons sont bien évidemment non significatifs, puisque ces greffes étaient impossibles, faute d’organes.

Partagez

Plus de lecture

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les valeurs
de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >

Les valeurs de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >
Renaloo a vu le jour en 2002 sous la forme d'un blog. Aujourd’hui, l’association compte plus de 6 400 membres et mobilise des publics larges, avec une présence forte sur les réseaux sociaux, la capacité de contacter par voie électronique plusieurs dizaines de milliers de patients, professionnels, institutionnels, journalistes, etc. La démarche de Renaloo est en permanence animée par la conviction que les patients peuvent et doivent devenir des acteurs de leurs parcours et ainsi reprendre le contrôle de leur destin, au plan individuel, mais aussi collectif.

Yvanie Caillé,
Fondatrice de Renaloo

Soutenez-nous

Votre générosité, garante de notre indépendance financière, est essentielle pour la poursuite de nos missions et l'efficacité de nos actions, dans l’intérêt des personnes malades et de leurs proches.

S’inscrire / Adhérer à Renaloo

Devenir membre de Renaloo, c'est nous aider à mieux porter la parole des patients auprès des instances de santé.
Plus nous serons nombreux, plus nous serons représentatifs, plus nos voix seront entendues, mieux nous pourrons agir.
Devenir membre de Renaloo, c'est aussi être informé de l’actualité de l’association, de ses actions, avoir la possibilité de participer au forum, de réagir aux articles publiés sur le site, d’entrer en contact avec les autres rénaliens, etc.