Actualités

Interview : Françoise Rey, diététicienne – une approche différente de la diététique en dialyse

Pommes de terre, raclette, chocolat, etc.

Par exemple, si l’on mange des pommes de terre le week-end et que l’on est anurique, il faut savoir que l’on doit prendre un chélateur du potassium, car il y a deux jours sans dialyse, et que le potassium risque d’être trop élevé dans le sang. Si on sait cela, aucune raison de s’interdire les pommes de terre !

Certaines personnes aiment la raclette. On ne va pas s’interdire la raclette durant 20 ans ! Il faut plutôt regarder comment c’est possible de manger cette raclette : par exemple, la manger le mardi soir est mieux si vous dialysez le mercredi matin, à cause du sel et du phosphore, et là, vous prenez aussi vos chélateurs de phosphore.

alt

Bien entendu, si j’ai un patient qui mange des grandes quantités de gruyère, je lui dirai de diminuer, mais j’ai en contrepartie à ma disposition toute une gamme d’aliments dans laquelle je peux piocher, en lui proposant un large choix d’autres fromages moins riches en phosphore. Je chercherai le fromage qui correspondra le mieux à ses goûts, à son caractère, en cherchant à le pénaliser le moins possible.

Certains patients me disent «Moi, quand je commence à manger du chocolat, je ne peux plus m’arrêter». A ce moment là, je leur explique que ce n’est pas prudent de trop manger de chocolat, mais ce n’est pas une raison pour s’en priver non plus ! Il faut trouver des petites choses qui font plaisir : un petit carré de ce chocolat, avec le café par exemple, c’est un rituel agréable qui permet de ne pas se sentir frustré.

Des personne me disent «Je ne peux plus manger de plats en sauce», mais pourquoi ? On peut faire des sauces qui ne pénalisent pas non plus les gens ! Il n’y a aucune raison de leur enlever la sauce !

D’autre part, je ne donne jamais de table de composition, ce n’est pas du concret, c’est compliqué et infernal de toujours compter. Il vaut mieux faire le parcours alimentaire de la journée du patient, pour voir avec lui ce qu’il y a à changer ! Ensuite, lui apprendre les équivalences d’aliment ou d’assiette, c’est plus simple à utiliser.

Partagez

Plus de lecture

Partagez

Accueil Forums Interview : Françoise Rey, diététicienne – une approche différente de la diététique en dialyse

Partagez
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
Partagez
Partagez