Agenda

Troisième dose, et après ?

✅ Voici un peu plus d’un mois qu’une troisième dose de vaccin antiCovid est recommandée pour les personnes immunodéprimées sévères.
Beaucoup d’entre vous, dialysés et greffés, l’ont déjà reçue.

✅ Une mesure du taux d’anticorps (sérologie quantitative antiSpike) est recommandée un mois après la 3e dose.

➡️ L’efficacité de cette 3e dose n’est pas encore connue, mais on sait que certains n’ont toujours pas d’anticorps à son issue. Pour d’autres, ils sont présents, à des niveaux variables.
➡️ Il est très difficile d’interpréter ces informations.

Les seuils d’anticorps (immunité humorale) permettant d’assurer une protection contre le virus (corrélats de protection) ne sont pas connus. On ignore encore la place et l’ampleur de l’immunité cellulaire, dont la mesure est complexe et à ce jour réservée à la recherche.

➡️ Ne pas avoir d’anticorps peut signifier ne pas être protégé, ou l’être de façon limitée.
➡️ Mais impossible d’affirmer que leur présence est une garantie de protection…

Le Pr Dorry Segev, auteur des premières études US sur l’efficacité des vaccins chez les greffés, mettait tout récemment en garde ses patients sur les réseaux sociaux :

« Attention, ce n’est pas parce que votre taux d’anticorps semble élevé que vous êtes protégé ! ».

Ces craintes sont encore renforcées par les signaux d’inefficacité clinique, c’est-à-dire par les cas de personnes greffées ou dialysées, totalement vaccinées, et malgré tout contaminées, dont une partie développent des formes graves.

⚠️ Face à toutes ces incertitudes, la prudence incite à continuer à se comporter comme si on n’était pas vacciné : masques, gestes barrières, distance, évitement des lieux fréquentés…

Il est également essentiel que les proches des personnes dialysées ou greffées soient vaccinés, comme c’est désormais prévu, pour constituer autour d’elles une « bulle d’immunité » protectrice.

➡️ Ne pas être protégé, ou ne pas savoir si on est protégé, alors qu’on est à très haut risque de forme grave, est une situation difficile.

C’est encore plus vrai en cette période de « réouverture » et de retour à une vie plus normale. Se sentir exclu de ce retour à une plus grande liberté est douloureux.

✅ Mais il y a des raisons de garder espoir !

La question du « renforcement vaccinal » fait l’objet de beaucoup de réflexions et de travaux de recherche.

Ils permettront probablement de répondre à beaucoup de questions, en particulier sur :

  • les seuils de protection, y compris contre les variants
  • l’ampleur et le rôle de l’immunité cellulaire
  • les stratégies de renforcement vaccinal adaptées à chaque patient : dose supplémentaires, augmentation des doses, modulation temporaire des antirejets, recours à d’autres vaccins…

De nouveaux vaccins seront prochainement disponibles. Ceux qui contiennent des adjuvants* pourraient notamment avoir un intérêt pour les personnes immunodéprimées. 

Dans le contexte d’urgence actuel, des solutions pour renforcer la protection, lorsque c’est nécessaire, devront être rapidement proposées.

➡️ Certains traitements prometteurs pourraient prochainement constituer des alternatives aux vaccins.

Les cocktails d’anticorps monoclonaux sont disponibles actuellement en ATU pour les personnes à risque de forme grave contaminées symptomatiques (lien). Les données, encore très préliminaires, sont encourageantes et les premiers résultats d’utilisation en vie réelle devraient être connus prochainement.

✅ Si vous pensez avoir des symptômes de Covid19, n’hésitez pas à vous rapprocher le plus rapidement possible de votre médecin traitant ou de votre néphrologue pour envisager la mise en place de ces traitements.

Les anticorps monoclonaux pourraient aussi devenir une alternative à la vaccination pour les personnes difficiles à immuniser. Des essais sont en cours sur leur usage en « prophylaxie », c’est à dire en prévention du Covid : une injection d’anticorps efficaces en quantité suffisante permettrait une immunité de quelques mois.

✅ Enfin, la progression de la vaccination dans la population générale est très importante : l’immunité collective sera sans doute un des meilleurs moyens de protéger les personnes les plus vulnérables, pour lesquelles la vaccination n’est pas suffisante. Ce chantier avance :  la vaccination vient d’être ouverte à tous les adultes.

* Des adjuvants sont ajoutés à la fabrication de certains vaccins pour les rendre plus efficaces. « Ils servent entre autres à donner le signal de danger pour que le système immunitaire soit activé et que le vaccin fonctionne » explique l’ANSM. 

 

Renaloo vous apporte de l’aide et du soutien
Les informations que nous vous proposons vous sont utiles ? Vous voulez nous aider ?

SOUTENEZ-NOUS, FAITES UN DON !

Partagez

Plus de lecture

Partagez

Accueil Forums Troisième dose, et après ?

Partagez
2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Messages
  • #44447
    cigol67
    Participant
    • Petit rein débutant
    • ★☆☆☆
    • 3Message(s)

    Allez les moutons, à la queuleuleu pour la quatrième dose puis rebelote tous les combien ?!
    Bêêêêêêêêêê, obey !
    https://www.ouest-france.fr/sante/vaccin/covid-19-une-quatrieme-dose-de-vaccin-envisagee-pour-les-personnes-severement-immunodeprimees-8338ddbc-c79f-11eb-8859-ca1124b88d20
    Dire qu’il y en a encore qui croient à l’immunité collective avec tous ces mutants intentionnellement créés par la vaccination de masse en pleine épidémie et sur des personnes fragiles ! Et la grippe saisonnière au fait, on en est où avec l’immunité collective depuis tout ce temps ? Aaarrrfff !
    Cette association avait une âme au départ mais là elle dévisse complètement, en proie à une espèce de peur panique irrationnelle (voire ce qu’en disent les psys). Regardez l’histoire, c’est la peur (de mourir, de disparaître, de perdre quelque chose) qui a engendré les pires massacres et les gens les plus dangereux au monde sont de grands peureux, malades d’insécurité.
    La paix de l’âme, c’est tout le contraire.
    Vous devriez vous contenter d’informer les patients sur leurs pathologies rénales et laisser le reste aux hystériques. Que les “scientifiques” lavent leur linge sale en famille !

    #44468
    Lalaso
    Participant
    • Glomérule junior
    • ★★☆☆
    • 72Message(s)

    @cigol67 bonjour

    Je ne suis pas d’accord avec ton opinion sur l’association, je pense qu’elle a été et qu elle est d’une grande utilité pour les malades dans cette crise.

    Quant au nombre de vaccination, ce sont des préconisations de nos équipes médicales , chacun est encore libre de les appliquer ou pas.

    Dans l’état actuel, hormis les
    Gestes barrières , je ne vois pas d’autre moyen de s en sortir ….

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
Partagez
Partagez

Les valeurs
de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >

Les valeurs de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >
Renaloo a vu le jour en 2002 et aujourd’hui, l’association compte plus de 6 000 membres et mobilise des publics larges, avec une présence forte sur les réseaux sociaux, la capacité de contacter par voie électronique plusieurs dizaines de milliers de patients, professionnels, institutionnels, journalistes, etc. La démarche de Renaloo est en permanence animée par la conviction que les patients peuvent et doivent devenir des acteurs de leurs parcours et ainsi reprendre le contrôle de leur destin, au plan individuel, mais aussi collectif.

Yvanie Caillé,
Fondatrice de Renaloo

Soutenez-nous

Votre générosité, garante de notre indépendance financière, est essentielle pour la poursuite de nos missions et l'efficacité de nos actions, dans l’intérêt des personnes malades et de leurs proches.

S’inscrire / Adhérer à Renaloo

Devenir membre de Renaloo, c'est nous aider à mieux porter la parole des patients auprès des instances de la santé.
Plus nous serons nombreux, plus nous serons représentatifs, plus nos voix seront entendues, mieux nous pourrons agir.
Devenir membre de Renaloo, c'est aussi être informé(e) de l’actualité de l’association, de ses actions, avoir la possibilité de participer au forum, de réagir aux articles publiés sur le site, d’entrer en contact avec les autres rénaliens, etc.