Le choix de la greffe, une décision parfois complexe

Le choix de la greffe, une décision parfois complexe

Si les résultats de la greffe sont excellents et supérieurs à ceux de la dialyse, en particulier pour les patients jeunes, n’ayant pas d’autre maladie que l’insuffisance rénale, les choses peuvent être plus compliquées dès lors qu’il existe un ou des « facteurs de risques ».

On appelle facteur de risque toute situation, médicale ou non, qui rend plus probable la survenue de complications après la greffe.

Cela concerne par exemple l’âge (au-delà de 65 ou 70 ans, le risque augmente), le surpoids, l’obésité, la présence d’un diabète, le fait d’être immunisé (d’avoir des anticorps), le tabagisme, ou certaines défaillances d’organes…

Avoir un facteur de risque ne contre indique pas du tout la greffe, mais nécessite d’être informé des complications possibles et de leurs conséquences diverses et non prévisibles : des hospitalisations plus longues ou plus fréquentes, des traitements plus lourds, une moins bonne fonction du greffon, un greffon qui « durera » moins longtemps, un échec précoce de la greffe, un risque de décès supérieur au cours des 3 premiers mois post-greffe. Une discussion avec un néphrologue expert en transplantation doit permettre de mieux comprendre le risque individuel correspondant à chaque situation.

Les facteurs de risques se cumulent entre eux : en avoir plusieurs rend les choses encore plus complexes et multiplie la probabilité de complications. Lorsque le risque devient trop important, la greffe peut devenir contrindiquée, ou le choix de s’engager ou pas vers une greffe peut être discuté. En général, les facteurs de risques qui peuvent altérer les résultats de la greffe sont aussi associés à de moins bons résultats de la dialyse, ce qu’il est important de prendre en compte pour prendre une décision.

Malgré la présence de ces risques, le désir de chaque personne d’être greffée, même pour une durée plus limitée et dans des conditions un peu plus incertaines, doit être pris en compte.

Les valeurs
de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >

Les valeurs de Renaloo

LIRE LE MANIFESTE >
Renaloo a vu le jour en 2002 sous la forme d'un blog. Aujourd’hui, l’association compte plus de 6 400 membres et mobilise des publics larges, avec une présence forte sur les réseaux sociaux, la capacité de contacter par voie électronique plusieurs dizaines de milliers de patients, professionnels, institutionnels, journalistes, etc. La démarche de Renaloo est en permanence animée par la conviction que les patients peuvent et doivent devenir des acteurs de leurs parcours et ainsi reprendre le contrôle de leur destin, au plan individuel, mais aussi collectif.

Yvanie Caillé,
Fondatrice de Renaloo

Soutenez-nous

Votre générosité, garante de notre indépendance financière, est essentielle pour la poursuite de nos missions et l'efficacité de nos actions, dans l’intérêt des personnes malades et de leurs proches.

S’inscrire / Adhérer à Renaloo

Devenir membre de Renaloo, c'est nous aider à mieux porter la parole des patients auprès des instances de santé.
Plus nous serons nombreux, plus nous serons représentatifs, plus nos voix seront entendues, mieux nous pourrons agir.
Devenir membre de Renaloo, c'est aussi être informé de l’actualité de l’association, de ses actions, avoir la possibilité de participer au forum, de réagir aux articles publiés sur le site, d’entrer en contact avec les autres rénaliens, etc.